Accueil Tags Standard & Poor’s

Standard & Poor’s

Comment Standard & Poor’s tient compte du risque de taux d’intérêt...

Le niveau des taux d’intérêts influence de manière significative le bilan, la capacité bénéficiaire et en fin de compte la stratégie des assureurs. Nous accordons par conséquent une attention particulière à ces effets lors de notre analyse de leur profil de risque de crédit.

L’impact des méga fusions dans l’assurance santé américaine sur la qualité des...

Les opérations de fusion-acquisitions annoncées aux Etats-Unis en 2015 dans le domaine de l’assurance santé ont battu tous les records avec une valeur totale estimée à plus de $100 milliards. On retiendra notamment les acquisitions de Cigna par Anthem (que nous notons tous deux ‘A’ avec Surveillance négative) pour une valeur estimée à plus de $52 milliards et de Humana (noté ‘BBB+’ avec Surveillance positive) par Aetna (noté ‘A’ avec Surveillance négative) pour environ $38 milliards.

Chronique : Amélioration des perspectives pour Covéa selon S&P

Le 23 novembre 2015, Standard & Poor’s a relevé de « A » à « A+ » la note sur les principales entités opérationnelles de Covéa Group, notamment MMA IARD Assurances Mutuelles, MMA IARD SA, Covéa Fleet, Covéa Risks et Assurances Mutuelles de France. En même temps, nous avons relevé à « A+ » la note de la filiale britannique, Covéa Insurance PLC, et attribué une note « A+ » à Sterling Life Ltd. La perspective associée à toutes ces notes est « stable ».

Chronique : L’impact des taux durablement bas pour les assureurs-vie Européens

Les taux d'intérêt en Europe ont dégringolé l'an dernier à près de zéro, avec des conséquences graves pour la viabilité de nombreux assureurs-vie traditionnels. Au vu des attentes révisées récemment de nos économistes que les taux resteront bas pour longtemps, nous croyons que les faibles taux d'intérêt resteront la principale source de risque des assureurs-vie.

La réassurance plus que jamais nécessaire dans la souscription des risques...

En 2014, les pertes assurées liées aux catastrophes naturelles se sont élevées à 35 milliards de dollars, soit environ la moitié de la moyenne observée au cours des dix dernières années estimée à $64 milliards. Ceci a stimulé le niveau de résultat et donc de capitalisation dont bénéficient les intervenants du secteur mais aussi la tendance baissière observée en matière tarifaire.

Notation : La note de solidité financière de Scor relevée d’un...

Le réassureur français Scor a vu sa note de solidité financière être relevée d'un cran, de "A+" à "AA-", par l'agence de notation Standard & Poor's, selon un communiqué publié lundi.

Chronique : Quel rôle pour les solutions alternatives de réassurance ?

Les frontières entre la réassurance traditionnelle et les solutions alternatives ne cessent de s’estomper. Ainsi, l’afflux de nouveaux capitaux visant à couvrir les risques traditionnellement réassurés pèse sur la tarification. A titre d’illustration, plus de 5 milliards de dollars d’obligations catastrophes ont été émises depuis le début de l’année ce qui porte l’encours total à environ $24 milliards. Standard & Poor’s a noté bon nombre de ces émissions de « BB-» à « A-».

Chronique : Perspective stable pour le secteur américain de l’assurance non-vie

En dépit d’un environnement opérationnel difficile, marqué par un contexte tarifaire et de taux d’intérêts peu favorable, les assureurs non-vie américains continuent de renforcer leur niveau de solvabilité. C’est pourquoi nous attribuons une perspective stable au secteur à horizon 12 mois. Comment expliquer cette situation ?

Chronique : Les nombreuses facettes de la solvabilité des assureurs

Dans le passé, pour pallier les insuffisances de Solvabilité I, les opérateurs de marché ont souvent eu recours à des mesures alternatives, telles que le modèle de capital de Standard & Poor’s.

Chronique : Le changement climatique pourrait aggraver l’impact des cat’nat sur...

Bien que l'histoire récente indique que les catastrophes naturelles n’ont généralement pas eu d’effet important sur la qualité de crédit des entreprises dans le passé, cet impact pourrait s’accroître considérablement dans le futur si, comme le suggèrent les études scientifiques, la fréquence et la gravité des événements climatiques augmentent.