Social : ING pourrait supprimer 7000 postes d’ici 2021

Le bancassureur néerlandais ING a prévenu lundi qu’environ 7.000 emplois seraient menacés dans les cinq prochaines années, principalement en Belgique et aux Pays-Bas, en raison d’un programme de réduction des coûts annuels d’environ 900 millions d’euros.

« En tout, environ 7.000 postes pourraient être affectés par ces effets dans les cinq prochaines années, dont 950 postes chez les fournisseurs extérieurs », annonce le groupe dans un communiqué. Dans le détail, le groupe prévoit la réduction d’environ 3.000 emplois à temps plein en Belgique et environ 2.300 aux Pays-Bas entre 2016 et 2021.

Pour ces suppressions de personnel, ING va passer une « provision d’environ 1,1 milliard d’euros, dont 1 milliard au quatrième trimestre 2016 ». Sauvé par l’Etat néerlandais au coeur de la crise financière de 2008, ING annonce qu’il va investir 800 millions d’euros d’ici à 2021 dans le cadre de sa transformation digitale pour s’adapter aux nouveaux besoins des clients qui utilisent de plus en plus les nouvelles technologies.

Cet investissement va permettre, selon le communiqué, de « continuer à élargir notre activité client et diversifier nos revenus ». Le groupe se dit confronté, comme les autres banques, « au poids des régulations bancaires et à une période prolongée de taux d’intérêts ultra-bas », qui font pression sur ses rendements financiers.

ING a quasiment multiplié par quatre son bénéfice net au deuxième trimestre 2016, à 1,30 milliard d’euros suite à la vente de son ancienne filiale néerlandaise d’assurance NN Group.