Chronique : Le Lloyd’s en quête de rentabilité technique

Le marché des Lloyd's de Londres.
Le marché des Lloyd's de Londres.

Le marché du Lloyd’s n’a pas publié de résultat technique positif depuis 2016, et il nous semble peu probable que ce soit le cas en 2020. Les pertes liées à la pandémie du Covid-19 ont déjà considérablement entamé le budget annuel relatif aux catastrophes, et la saison des ouragans reste à venir.

Cependant, le marché nous paraît sur une bonne pente : la performance technique de fond (hors catastrophes naturelles de grand ampleur et relâchement des réserves) continue de s’améliorer grâce à la tarification qui augmente de manière consécutive sur les dix derniers trimestres. Entre 2016 et 2019, le Lloyd’s a significativement renouvelé son comité exécutif. Ce dernier a réorienté la stratégie en 2019. La nouvelle feuille de route « Future at Lloyd’s » donne la priorité à la modernisation en écartant les velléités de conquêtes de nouveaux marchés émergents.

En particulier, le programme du « Décile 10 » mis en place par le comité exécutif se concentre sur les syndicates qui sous-performent. Pas moins de 12 syndicates ont quitté le marché entre 2015 et 2019 – poussés vers la sortie ou de manière volontaire – et d’autres pourraient cesser leurs activités en 2020, étant donné la sévérité croissante du Lloyd’s envers le manque de rentabilité. Nous identifions notamment une dizaine de syndicates dont le ratio combiné net de réassurance est supérieur à 120% en moyenne sur les 5 dernières années.

Selon nous, la maturité des syndicates est un meilleur indicateur de rentabilité que leur taille. Certes, les pires performances sont celles de syndicates souscrivant moins de 400 millions de dollars de primes, mais certaines des meilleures performances sont celles de petits syndicates. Si toutes les lignes d’activités sont concernées, les syndicates spécialisés sur les lignes à développement court ont été davantage impactés par l’augmentation de la sinistralité au cours des dernières années, laquelle résulte principalement des nombreuses catastrophes naturelles.

De plus, le marché du Lloyd’s a été critiqué pour ses coûts d’opération élevés par rapport à la concurrence. La digitalisation du marché est un axe stratégique de développement pour réduire les coûts. La pandémie de Covid-19 accélère le recours à de nouveaux outils et plateformes en ce sens. Cependant, les singularités du marché du Lloyd’s, ses rendez-vous face-à-face, et les différents acteurs qui proposent des assurances spécialisées sont également un de ses avantages compétitifs. Le marché continue d’attirer de nombreux acteurs qui créent de nouveaux syndicates.

La nouvelle feuille de route du marché du Lloyd’s est ambitieuse. Nous considérons qu’il existe un risque d’exécution ; cependant, une adaptation réussie pourrait être la clé d’un retour à la profitabilité technique et de la pérennisation du marché.

Nous attribuons la note de solidité financière de A+ au Lloyd’s, associée d’une perspective stable.

Simon Virmaux
Analyste senior

Que pensez-vous du sujet ?