Swiss Re retrouve le chemin des bénéfices au premier trimestre mais n’est pas encore sorti d’affaire

0

swiss-re-701Le réassureur helvétique Swiss Re a renoué avec les bénéfices au premier trimestre, après avoir terminé l’année dernière sur une perte, une annonce qui a fait bondir son cours de Bourse mais laisse sceptique les analystes.

Le numéro deux mondial de la réassurance a enregistré un bénéfice net en baisse de 76% à 150 millions de francs suisses (99,3 millions d’euros) au premier trimestre, largement supérieur aux prévisions des analystes qui tablaient en moyenne sur seulement 26 millions.

Le groupe, qui avait terminé 2008 sur une perte nette de 864 millions, a vu entre janvier et mars ses primes progresser de 1% à 6,5 milliards.

Dans l’assurance dommage, les primes ont crû de 5% à 3,9 milliards, tandis que le ratio combiné (rapport des frais de gestion et du coût des sinistres sur le total des primes encaissées) s’est amélioré de 6,2 points à 90,2% sur un an.

Les primes dans l’assurance vie ont par contre reculé de 5% à 2,6 milliards. La branche gestion d’actifs a vu son bénéfice d’exploitation reculer de 60% à 1,1 milliard, en raison de la réduction du risque et d’une dépréciation d’actifs de 793 millions.

La branche “Legacy”, chargée de gérer les actifs “toxiques”, a par contre réalisé un léger bénéfice de 12 millions. Au niveau du groupe, Swiss Re a subi des pertes non réalisées de 2,1 milliards, a-t-il précisé dans un communiqué.

“Nous avons rétabli un capital très solide”, a estimé le directeur financier George Quinn, alors que les fonds propres du groupe ont augmenté de 15% à 23,6 milliards comparé au trimestre précédent. “Nous allons continuer à réduire les risques au deuxième trimestre et renforcer notre capital”, a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse téléphonique, précisant que le programme de réduction de coûts était “en bonne voie”. “Nous pouvons en mesurer l’impact au premier trimestre”, s’est félicité M. Quinn.

Swiss Re, qui avait annoncé début avril la suppression d’environ 1.000 emplois sur les douze prochains mois, a confirmé son programme de réduction de coûts de 400 millions d’ici 2010.

Ces restructurations engendrera cependant des coûts de 100 millions cette année, a prévenu Swiss Re. “Il nous faudra un certain temps pour réduire les risques dans notre portefeuille et nous pourrions souffrir de la volatilité (des marchés) dans ce processus”, a souligné le directeur nouveau général Stefan Lippe.

Les investisseurs ont très positivement accueilli ces annonces, le titre s’envolant de 10,47% à 32,30 francs suisses, dans un marché en hausse de 0,74% à 8H06 GMT.

Ces résultats ont été jugés “surprenants” mais “solides” et devraient “apporter un peu de soulagement aux actionnaires”, selon les analystes de la banque Wegelin. “Mais pour regagner la confiance des investisseurs, un seul trimestre sans dépréciations d’actifs importantes ne suffit pas”, avertissent-ils.

Pour faire face aux difficultés, le groupe avait levé quelque 5 milliards de francs suisses. Dont au moins 3 milliards auprès du groupe diversifié Berkshire Hathaway de Warren Buffett.

Si M. Buffett convertit ses obligations à partir de 2012, comme stipulé dans l’accord avec Swiss Re, il détiendra plus de 27% du réassureur.

AFP