Retraite, santé : Ce que propose François Fillon

François Fillon sera le candidat de la droite pour l’élection présidentielle après sa victoire aux primaires de la droite et du centre. Réformes de la retraite et de la Sécurité sociale figurent notamment au programme de l’ancien Premier ministre.

Dimanche François Fillon a été désigne candidat à l’élection présidentielle après avoir battu Alain Juppé au second tour de la primaire de la droite et du centre. Plusieurs mesures de son programme pourrait toucher le secteur de l’assurance.

Un transfert public/privé en santé

Pour « sauver » la Sécurité sociale, François Fillon compte opérer un transfert d’une partie des dépenses de l’Assurance maladie vers les organismes complémentaires. Il projette ainsi de « focaliser l’assurance publique universelle notamment sur les affections graves ou de longue durée, le panier de soin ‘solidaire’, et l’assurance privée sur le reste ». Le candidat de la droite et du centre ne définit pas pour autant ce que recouvre la notion de « panier de soins solidaire ». Il précise simplement qu’il pourra évoluer chaque année.

« Les mutuelles sont des organismes parapublics »

Interrogé sur ce sujet, Jérôme Chartier, porte-parole de François Fillon, a indiqué que les « mutuelles ne sont pas pour l’essentiel des assurances privées mais sont des organismes parapublics qui ne peuvent pas dégager de bénéfices ». Une définition qui plaira certainement aux intéressés, et qui laisse entendre que les mutuelles et institutions de prévoyance pourraient puiser dans leurs fonds propres pour absorber ce transfert.

François Fillon propose ainsi de définir, dans le cadre du PLFSS un contrat d’assurance santé universelle de base obligatoire pour tous. La création d’une agence de contrôle et de régulation de l’assurance santé privée définira ce contrat avec comme variable principale, le prix.

Pas de généralisation du tiers-payant

L’ancien Premier ministre se dit « opposé à la généralisation du tiers payant qui ouvre la porte à la déresponsabilisation ».

Report de l’âge légal de la retraite

François Fillon annonce un repart de l’âge légal de la retraite de 62 ans à 65 ans. Cette mesure aurait un impact en prévoyance comme l’expliquait Jean-Paul Lacam au mois de juin dernier à l’occasion de la présentation des résultats des IP. « Un report de l’âge légal aurait un impact sur le montant à provisionner en invalidité/incapacité. En passant par exemple à 65 ans, cela ferait trois années en plus à provisionner », indiquait-il.

Généralisation de la retraite supplémentaire ?

Le candidat de la droite et du centre propose de « mettre en place un étage de retraites par capitalisation du type Perco/Perp pour apporter un complément au système par répartition ».