Présidentielle : Peu d’annonces concrètes des candidats devant les mutualistes

VIDEOS – Ce mardi la Mutualité française avait invité les candidats à l’élection présidentielle à présenter leur programme en matière de santé. Tous avaient répondu présent à l’exception de Marine le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Peu d’annonces concrètes ont été dévoilées.

Emmanuel Macron

Le premier à se présenter sur scène est Emmanuel Macron. Le candidat d’En Marche ! Commence à exposer son projet sur le thème de la prévention. « On prévient mal, beaucoup moins bien que nos voisins et nous avons une mortalité prématurée plus importante », lance le candidat. Pour améliorer la prévention, Emmanuel Macron indique ainsi qu’il souhaite « faire évoluer les modes de rémunération des médecins libéraux en particulier et des professionnels de santé en général pour un meilleure prise en compte de la prévention ».

Le leader d’En Marche ! s’est ensuite attardé sur le reste à charge. « Je souhaite un reste à charge à 0 d’ici 2022 sur l’optique, le dentaire et l’auditif ». Le chiffrage de la mesure est estimé à 4,7Mds d’euros. Pour y parvenir, Emmanuel Macron compte « revaloriser les petits soins dentaires » comme élément de prévention, ce qui permettrait par conséquent de réduire le recours aux soins plus lourds et plus chers. Il envisage par ailleurs « de mettre davantage en concurrence entre les complémentaires santé par des contrats types que je n’impose pas de manière exclusive, mais qui aideront les patients à se repérer et à comparer les contrats ». Ces contrats types seront au nombre de trois.
Parallèlement, Emmanuel Macron souhaite plus de transparence sur le coût des prothèses dentaires et mise sur la concurrence entre complémentaires pour les inciter à rogner sur leurs marges et leurs frais de fonctionnement.

Benoît Hamon

Peu d’annonces concrètes concernant le secteur de la complémentaires santé de la part de Benoît Hamon, lors de son passage sur scène. Il a fallu attendre son passage devant la presse pour avoir quelques propositions susceptibles de toucher les OCAM.

François Fillon

François Fillon était attendu au tournant. Après la première version de son programme en matière de santé, le candidat de la droite et du centre a revu sa copie. L’Agence évoquée dans le première mouture est toutefois toujours présente. Son objectif sera de permettre à État, Sécurité sociale et professionnels de santé de discuter entre eux, notamment sur le partage des remboursements.
Lui aussi vise un reste à charge voisin de 0% par une redéfinition des remboursements entre Assurance maladie et complémentaires. « Je ne privatiserai par l’Assurance maladie », a-t-il répété. Reste que visiblement, le candidat n’imagine pas la part général du remboursement de l’Assurance maladie grimper dans les années à venir, préférant opter pour un transfert du reste à charge sur les complémentaires quitte à remettre à plat la fiscalité. « Les contrats responsables n’ont de responsables que leur nom », a lancé le candidat qui a rappelé qu’il annulerait la généralisation du tiers-payant.

Voir les réactions de Thierry Baudet, président de la FNMF aux propositions des candidats