Résultats 2015 T2 : KBC double son bénéfice net

Le bancassureur belge KBC a enregistré au deuxième trimestre un bénéfice net de 666 millions d’euros, soit un doublement par rapport à la même période de l’an dernier, selon des résultats publiés jeudi.

Ce chiffre reflète une progression des volumes de prêts et de dépôts dans presque tous les pays où KBC est présent, indique le groupe, ainsi qu’une hausse des primes dans l’assurance non-vie et des revenus “robustes” dans les activités d’investissement et de gestion d’actifs.

Peu après l’ouverture de la Bourse de Bruxelles jeudi, KBC était en tête des progressions au sein de l’indice Bel 20 des valeurs vedettes, gagnant 3,63% à 65,74 euros. Le groupe se réjouit de ce résultat trimestriel, qu’il qualifie d’“exceptionnellement élevé”. Il est en tout cas bien supérieur aux attentes, puisque selon un consensus de 18 analystes publié par le groupe sur son site, ceux-ci tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 557 millions d’euros.

En comparaison, KBC avait enregistré un bénéfice net de 334 millions d’euros sur la même période de l’an dernier. Au premier trimestre, le bénéfice net avait atteint 510 millions d’euros, ce qui porte le résultat total pour le premier semestre 2015 à 1,176 milliard d’euros.

“Les clients continuent à nous accorder leur confiance, comme en attestent la croissance des dépôts et du portefeuille de prêts ainsi que l’augmentation nette des ventes de produits d’investissement”, se réjouit le patron du groupe, Johan Thijs, cité dans le communiqué.

Cette bonne performance concerne tous les marchés du groupe et tous les secteurs, à une exception près: les ventes de produits d’assurance vie, qui ont reculé. Par rapport au premier trimestre, le groupe a accordé plus de prêts en Belgique (+1%), en République tchèque (+2%), en Slovaquie (+3%) et en Bulgarie (+2%). Quant aux dépôts des clients, ils ont augmenté dans tous les pays où opère le groupe: Belgique (+2%), République tchèque (+1%), Hongrie (+4%), Slovaquie (+3%), Bulgarie (+3%) et Irlande (+7%).

Les primes acquises dans l’assurance non-vie se sont accrues de 2% par rapport au trimestre précédent et de 3% en rythme annuel, mais les ventes de produits d’assurance vie ont baissé de 11% en rythme trimestriel et 8% en rythme annuel.

Dans l’ensemble, les revenus totaux du groupe se sont inscrits à 2,013 milliards d’euros au deuxième trimestre, contre 1,526 milliard un an plus tôt. Quant aux revenus nets d’intérêts, ils ont progressé de 5% en glissement annuel sur une base comparable, à 1,092 milliard. Par ailleurs, KBC insiste sur sa bonne position de trésorerie et de capitalisation.

Dans ce contexte, le groupe dit continuer de s’attacher à atteindre ses objectifs stratégiques, sans avancer d’objectifs chiffrés pour l’ensemble de l’année. Johan Thijs souligne que le groupe a une “ambition renouvelée de croissance tant externe qu’organique” sur ses marchés de base, tout en rappelant que “la persistance de taux d’intérêts bas reste un défi pour l’ensemble du secteur financier”.

En terme de croissance externe, il rappelle l’acquisition, au cours du trimestre écoulé, d’une banque slovaque, Volksbank Leasing Slovakia, qui “s’inscrit dans le droit fil de notre stratégie consistant à nous concentrer sur nos solides fondamentaux: un modèle de bancassurance sain orienté client, et un solide profil de risque”.

La stratégie du groupe reste centrée sur la fourniture de produits et services de bancassurances aux particuliers et PME dans les pays où il est déjà présent, la Belgique représentant de très loin son principal marché devant la République tchèque.