Résultats 2015 T2 : AIG dépasse les attentes

L’assureur américain AIG a dépassé les attentes au deuxième trimestre, en enregistrant un bénéfice net de 1,9 milliard de dollars, en hausse de 5,4% sur un an, grâce notamment à une réduction de ses coûts.

Ce résultat se traduit par un bénéfice par action ajusté, référence à Wall Street, de 1,39 dollar, contre 1,23 dollar escompté en moyenne par les analystes, selon un communiqué publié lundi. Cette performance est due surtout aux gains engrangés par la cession au cours du trimestre de la quasi-totalité de sa participation dans le groupe néerlandais AerCap pour environ 3,7 milliards de dollars.

AIG, qui est en train de se recentrer sur son coeur de métier sous la férule de son nouveau patron Peter Hancock, a aussi réussi à réduire ses coûts de 4% comparé à il y a un an. A l’inverse, la rentabilité de ses activités a diminué ainsi que son chiffre d’affaires ressorti à 13,37 milliards de dollars contre 14,50 milliards espérés par les marchés.

Dans l’assurance commerciale (garanties d’hypothèques, sinistres et catastrophes), AIG affiche un bénéfice d’exploitation trimestriel avant impôts en recul de 8% à 1,5 milliard de dollars. Le groupe paie une hausse des coûts des catastrophes naturelles: les coûts liés aux indemnisations de ses clients s’élèvent ainsi seulement à 209 millions de dollars, en hausse de 73% sur un an.

Les réserves destinées à couvrir les futures catastrophes s’élèvent à 279 millions de dollars, alors qu’à la même période en 2014 l’assureur n’avait pas mis d’argent de côté. Le ratio des frais de gestion et des coûts des sinistres sur le total des primes encaissées a augmenté de 2,3% sur un an, à 98,8%. Autrement dit, les coûts d’assurance ont progressé.

Dans l’assurance grand public (assurance-retraite, assurance-vie ou personnelle), le bénéfice opérationnel a reculé de 9% à 1,023 milliard de dollars, principalement à cause de la hausse du dividende. Celui-ci a été porté à 30 cents par titre contre 12,5 cents annoncés précédemment.

A Wall Street, le titre reculait de 0,11% à 64,08 dollars dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance malgré l’annonce d’un programme de rachats d’actions de 5 milliards de dollars destiné à gonfler le cours.