Résultats 2013 : April sort d’une année difficile avec une baisse de son résultat net de 4,4%

Le courtier lyonnais April sort d’une année compliquée. Malgré une hausse du chiffre d’affaires de 5,1% à 778,6M d’euros, le résultat net chute de 4,4% à 51M d’euros.

En plein exercice du plan 2012 – 2015, April affiche un retard sur les prévisions. En 2013, le courtier lyonnais a connu une année difficile, marquée par de nombreuses baisses.
Les résultats sont en ligne avec les tendances et prévisions annoncées lors des résultats semestriels. Le résultat courant est en repli de 6,8% sur l’année, à 86,5M d’euros contre 92,8M précédemment. Avec l’impact des produits financiers, le résultat net est en baisse de 4,4%, à 51M d’euros contre 53,2M en 2012. Pourtant, sur un an, le chiffre d’affaires s’est amélioré avec un gain de 5,1% à 778,6M d’euros.

L’impact sur les chiffres vient des résultats financiers. L’environnement de taux bas pèse sur le groupe qui reste orienté “sur la sécurité“. Le but avoué du courtier-assureur est de limiter la volatilité sur le compte de résultat, selon Marc Le Doze, directeur financier du groupe April.

Baisse des primes d’assurances en santé – prévoyance

Dans le détail, les activités de courtage et d’assurances n’ont pas vécu exactement la même année. La branche “dommages” est en hausse de 0,9% dans le mix activité à 37% de parts.
Du fait d’une activité assurance portée par les dommages en raison d’un placement en run off (fin de la souscription, maintient des contrats en cours, ndlr) d’Axeria Prévoyance sur les activités d’assurances pour les emprunteurs, le même type de répartition et d’évolution est constatée sur la nature des revenus. Les primes gagnent 0,8% et comptent pour 36% des revenus d’April.

Ainsi, les primes sur le segment santé – prévoyance sont en baisse de 3,6% à 182M d’euros pour un chiffre d’affaires de 498M d’euros au total, en baisse de 0,7%. En courtage, la santé individuelle fait toujours 32% de la production. April note toutefois une production en affaires nouvelles en léger recul du fait d’un repositionnement sur les collectives et d’une baisse de la cible salariée.
En emprunteur, la croissance est de 29% pour une part de 20% en chiffre affaires courtage. En prévoyance des professionnels, April enregistre une forte croissance de 24%. La prévoyance, toutes clientèles confondues, compte pour 15% des marges de la branche en courtage. Enfin, April poursuit sa croissance sur les expatriés, une cible du plan stratégique.

Poids de la réorganisation des boutiques

Pour les activités de dommages, la croissance est de 3,2%. Les primes sont en forte hausse, de 16,9% à 106M d’euros, mais April prévient qu’il s’agit là d’une activité “très réassurée“. A l’inverse de la santé – prévoyance, les commissions de courtage sont en baisse, touchées par les contre performances des réseaux boutiques, en cours de réorganisation. “Depuis le mois de septembre, retour de la dynamique de croissance des affaires nouvelles” précise Marc le Doze en prévenant toutefois “qu’il ne pouvait y avoir de visibilité sur les résultats en 2013 ou en 2014″.
Enfin l’implantation en Chine continentale avec SOS International est en cours de finalisation, comme les rapprochements au sein d’April Entreprises dédiée aux risques d’entreprises avec une gamme complète “dommages aux biens, protections juridiques et RC” selon Bruno Rousset, le PDG d’April.

En termes de marges, c’est bien la branche sainte prévoyance qui porte le résultat, avec une marge opérationnelle courante de 17,7% contre 2,2% en 2013. Les deux marges sont en baisse respectives de 0,6 et 1,7 point. April explique des différences par les investissements réalisés en dommages, et notamment dans l’assistance.