Résultats 2011 : Nationale Suisse affiche de bons résultats 2011 mais un optimisme mesuré pour 2012

En 2011, le groupe Nationale Suisse est parvenu à maintenir sa position sur le marché en dépit d’un environnement économique difficile. La compagnie d’assurances a dégagé un bénéfice exceptionnellement élevé et a fortement accru son ratio de solvabilité 1. Les affaires non-vie suisses, secteur à haut rendement, ont connu une excellente évolution. Nationale Suisse se montre raisonnablement optimiste pour l’exercice 2012.

Aperçu des principaux chiffres de 2011:
Bénéfice du groupe exceptionnellement élevé de CHF 167,7 millions (+82,1%) incluant CHF 67,1 millions issus d’une dissolution de provision et CHF 6,1 millions des affaires cédées (vente de vie collective), montants après impôts
Hausse réjouissante du bénéfice de 14,3% à CHF 94,5 millions provenant des activités poursuivies, hors dissolution de la provision
Primes brutes légèrement supérieures de CHF 1 500,4 millions (+0,4% en monnaies d’origine) avec optimisation du Business Mix du fait d’une réduction dans les activités vie.

Evolution très positive des primes non-vie de +6,7% en monnaies d’origine avec, à nouveau, une croissance à deux chiffres des Specialty Lines (+11,9%)
Amélioration du ratio combiné de 96,6% à 92,6% grâce à une bonne évolution des sinistres (en incluant la dissolution de provision, à 84,8%)
Capital propre sensiblement plus élevé et hausse du ratio de solvabilité 1 à 271,9% (année précédente 183,8%)
Proposition de dividende de CHF 1,80 (année précédente CHF 1,50)
Bénéfice du groupe exceptionnellement élevé

En 2011, le groupe Nationale Suisse a dégagé un bénéfice exceptionnellement élevé de CHF 167,7 millions (+82,1%), dans un environnement économique difficile. Ce montant comprend une dissolution de provision unique dans le segment non-vie Suisse de CHF 67,1 millions ainsi qu’une plus-value sur transaction issue de la vente de l’activité vie collective de CHF 6,1 millions (montants après impôts). Une hausse réjouissante de 14,3% du bénéfice, qui s’établit à CHF 94,5 millions, a été dégagée à partir des activités poursuivies (sans la dissolution de provision).

«Grâce à sa stratégie claire, Nationale Suisse est parvenue à saisir les chances qui se sont offertes à elle sur le marché au cours de l’exercice 2011», relève Hans Künzle en commentant le résultat. «Cette réussite repose sur nos activités à fort rendement en Suisse avec une concentration accrue sur les groupes cibles ainsi que sur un accroissement de la compétence de prospection du marché et dans la sélection des risques dans les Specialty Lines à forte croissance.»

Très bonne croissance des primes non-vie, optimisation du Business Mix dans les activités vie
Les primes brutes du groupe ont légèrement augmenté de 0,4% après correction des effets de change et se montent à CHF 1 500,4 millions.

Avec des primes brutes de CHF 1 216,9 millions (+6,7% en monnaies d’origine), les affaires non-vie ont connu une excellente évolution. La branche «auto», la plus significative en termes de primes avec CHF 423,9 millions, a enregistré une croissance des primes de 1,3%. Les primes des Specialty Lines ont augmenté de 11,9% en monnaies d’origine, à CHF 521,3 millions. Conformément à la stratégie poursuivie, leur part par rapport au volume des primes du groupe a progressé de 31,5% à 34,7%.

Les affaires vie, par contre, ont été marquées par le faible niveau des taux d’intérêts et par le déploiement de la nouvelle stratégie vie individuelle de Nationale Suisse. Privilégiant l’optimisation du Business Mix, les assurances vie classiques ont été souscrites avec plus de retenue au profit de produits préservant le capital. De ce fait, les primes vie ont diminué de 20,0% en monnaies locales pour se situer à CHF 283,5 millions.

Amélioration continue du ratio combiné grâce à une bonne évolution des sinistres
La stabilisation du cours des sinistre à un niveau favorable ces dernières années dans le segment non-vie Suisse a permis une dissolution de provision de CHF 85,0 millions (avant impôts). Soutenu par une bonne évolution des sinistres en Suisse, le résultat technique (Underwriting Result) des affaires non-vie a fortement progressé au cours de l’exercice, passant de CHF 24,3 millions à CHF 67,4 millions (dissolution de provision non incluse) et même à CHF 152,4 millions (dissolution de provision incluse). Le ratio combiné du groupe s’est amélioré en conséquence pour passer de 96,6% à 92,6% (et même à 84,8%, compte tenu de la dissolution de provision), le taux de sinistre passant quant à lui de 62,7% à 59,7% (voire à 51,9% compte tenu de la dissolution de provision).

Au sein du segment non-vie Suisse à fort rendement, le ratio combiné s’est amélioré, atteignant 85,1% compte non tenu de la dissolution de provision (année précédente 92,2%), avec un taux de frais en légère baisse. Les améliorations dégagées au cours de l’exercice indépendamment de la dissolution de provision sont essentiellement dues au déploiement des projets de «Puissance Suisse». Le ratio combiné du segment non-vie étranger a avant tout souffert de sinistres découlant de catastrophes naturelles, notamment en Italie, mais aussi de sinistres majeurs isolés en Espagne et en Allemagne. Les mesures d’assainissement achevées en majeure partie en 2011 en Belgique ont également pesé sur le résultat technique. Ainsi, en dépit de la baisse du taux de frais de trois points de pourcentage, le ratio combiné à l’étranger est passé de 105,2% à 107,0%.

Résultat vie marqué par un recul des primes et par un résultat des placements plus bas
Les activités vie ont également été marquées en 2011 par des rendements toujours faibles des obligations. La rentabilité des activités vie traditionnelles a donc été confrontée à une forte pression. La politique volontairement prudente de souscription a débouché sur un fort repli des primes uniques, qui n’a été que partiellement compensé par la concentration accrue sur les produits Credit-Life préservant le capital et sur ceux liés à des fonds de placement ainsi que sur de pures couvertures de risques. Le résultat des activités vie a reculé de CHF 17,5 millions à CHF 6,0 millions (avant impôts). Dans ce contexte, les corrections de valeur sur les emprunts grecs ont exercé un effet très négatif sur le résultat des placements. En outre, les mesures de rationalisation lancées en 2011 en Belgique ont elles aussi exercé une influence défavorable sur le résultat.

Rendements attrayants sur les placements dans un environnement de faibles taux d’intérêts
En dépit du faible niveau des taux d’intérêts et des améliorations de qualité dans le portefeuille, le rendement provenant du placement des produits courants est resté inchangé à 2,7%. Le rendement des placements a par contre reculé de 4,3% à 3,2% en raison de bénéfices et pertes globalement en baisse ainsi que de corrections de valeur sur les emprunts d’Etat grecs de CHF 25,2 millions. Ces effets ont été partiellement tempérés par des bénéfices et pertes globalement positifs issus de la gestion d’immeubles.

Au vu de la politique de placement toujours orientée sur la sécurité, les reports d’Asset Allocation sont restés limités. La part des placements financiers à caractère de capitaux étrangers (en particulier les obligations) dans le total des placements a augmenté de 0,9% et passe à 70,4%. Ils constituent de loin le principal type de placement. Les emprunts des Etats GIIPS ont été réduits de manière substantielle pour passer de CHF 401,7 millions à CHF 162,9 millions.

Hausse marquante du ratio de solvabilité 1
Le capital propre a augmenté de manière sensible pour s’établir à CHF 914,5 millions. Le ratio de solvabilité 1 s’est amélioré, passant de 183,8% à 271,9% à la fin 2011. Cette importante hausse du ratio est due essentiellement au niveau élevé du bénéfice de l’exercice. Vers la fin 2011, l’agence de notation A.M. Best a attribué à Nationale Suisse une note «A-» (Excellent) avec une perspective stable, ce qui souligne l’excellente composition du capital du groupe.

Dividende à nouveau augmenté et création de capital-actions approuvé
Au vu des excellents résultats et de la solide base de capitaux pour l’exercice 2011, le Conseil d’administration proposera à nouveau une augmentation du dividende en espèces à CHF 1,80 par action (année précédente CHF 1,50). En outre, il proposera à la prochaine assemblée générale la poursuite du capital-actions approuvé.

Elections au Conseil d’administration et vote consultatif sur le rapport concernant les rémunérations
Stephan A. J. Bachmann, réviseur aux comptes diplômé, se présentera aux actionnaires lors de l’assemblée générale pour une réélection au Conseil d’administration. Il est président de la commission de déontologie de la Chambre fiduciaire et membre du Conseil d’administration de la Banque Cantonale Vaudoise.

Comme l’année passée, le Conseil d’administration proposera un vote à caractère consultatif sur le rapport concernant les rémunérations. Celui-ci contient les principes de base de la rétribution des membres du Conseil d’administration et du Comité de direction ainsi qu’un compte-rendu sur les rémunérations en 2011.

Optimisme mesuré pour 2012
La crise de la dette et le niveau historiquement bas des taux d’intérêts vont continuer à limiter la croissance économique en 2012. Il faut s’attendre à une concurrence toujours intense sur des marchés d’assurance saturés. La ronde des renouvellements de polices qui s’est bien déroulée en janvier 2012 permet toutefois d’envisager l’avenir avec un optimisme mesuré. En outre, nous escomptons à nouveau un bon résultat technique au niveau du groupe, pour autant que les catastrophes naturelles et les grands sinistres restent dans le cadre usuel en 2012. Selon le CEO Hans Künzle: «Les conditions sont réunies pour réaliser à nouveau un résultat prometteur au niveau du groupe en 2012. Si l’on considère les impondérables sur le plan économique et ceux régnant du côté des placements, les prévisions restent toutefois empreintes d’une grande incertitude. Nous suivons notre propre voie avec courage et mettons tout en oeuvre pour réussir dans cet environnement aussi.»