Justice : Ouverture du procès en appel de René Teulade dans l’affaire de la MRFP

Mercredi 27 novembre doit s’ouvrir le procès en appel de l’ancien ministre PS René Teulade et de sept autres prévenus dans l’affaire de la MRFP.

René Teulade, ancien ministre PS et 7 autres prévenus, anciens administrateurs de l’ex-Mutuelle de Retraite de retraite de la fonction publique (MRFP) doivent comparaître à la Cour d’Appel de Paris, mercredi 27 novembre. La MRFP commercialisait un produit de retraite complémentaire de fonctionnaires, le C.R.E.F.

En première instance, le sénateur-maire d’Argentat (Corrèze) René Teulade, âgé de 81 ans, a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5.000 euros d’amende pour abus de confiance.Les sept autres prévenus avaient été condamnés à des peines de 8 à 18 mois de prison avec sursis à l’issue du premier procès.

Il est reproché à René Teulade d’avoir profité entre 1992 et 2000 d’avantages indus, à hauteur de plusieurs dizaine de milliers d’euros, au détriment de l’ex-MRFP, qu’il a présidée de 1974 à 1992, avant d’en devenir président d’honneur. L’ancien ministre des Affaires sociales du gouvernement de Pierre Bérégovoy (1992-1993) avait contesté les faits.

Dans un communiqué, le Comité d’Information et de Défense des Sociétaires de la M.R.F.P, le CIDS indique : “les 6 000 parties civiles, adhérents du CREF, fédérés dans le CIDS, en dépit des difficultés et aléas de toutes sortes rencontrés dans un pays où il  n’existe pas d’actions de groupe, sont à nouveau sur le pont pour ce nouveau temps judiciaire, avec l’espoir que justice leur sera rendue dans cette affaire complexe qui touche 450 000 fonctionnaires pour un préjudice global de 1,6Md d’euros”.

Me Stéphane Bonifassi, conseil du CIDS, avec Me Nicolas Lecoq-Vallon qui défend quelque 4.000 parties civiles, souhaitent recueillir les explications de François Hollande, en tant que trésorier d’une association qui a selon eux bénéficié gratuitement de locaux de la MRFP. Ils s’indignent également qu’en octobre 2012, le chef de l’Etat ait rendu hommage à M. Teulade, auquel il s’était dit lié par “une fidélité corrézienne”.