Edito : En Chine, tout reste à faire

Qui s’est attardé devant les kiosques à journaux ces dernières semaines n’a pu y échapper.

Les Chinois, ou plutôt l’économie chinoise, va-t-elle nous submerger ? L’inquiétude qui faisait la couverture des magazines au début des années 2000 semble s’agiter à nouveau chez les confrères journalistes. Les produits manufacturés chinois ont certes déferlé dans nos chariots ces dernières années, mais qu’en est-il des produits d’assurance ?

A vrai dire assurance et Chine sont des termes qu’on croise rarement réunis en ce sens dans la presse du secteur. Il faut dire que la question n’est pas de savoir si les assureurs chinois vont débarquer en France, mais plutôt de savoir comment les assureurs étrangers vont pouvoir grignoter des parts de marché en Chine.

Dans les années 1930, le marché chinois de l’assurance est florissant. C’est même là qu’est né l’ancêtre du géant AIG. Mais au pays de Mao, la People’s Insurance Company of China confisque le monopole du secteur dès 1949. En 1996, une scission voit naître China Life Insurance et China Property Insurance, qui sont encore aujourd’hui leaders écrasants sur les marchés vie et dommage.

Et si en 2001 le pays s’est ouvert aux investissements étrangers, les établissements d’assurance restent dépendants ou sous contrôle des administrations locales. Selon un cabinet d’étude, les acteurs nationaux se partageaient encore 95% du marché en assurance-vie et 99% du marché dommages en 2009. Les affaires en Chine ne représentent qu’une partie marginale dans le bilan des grands groupes internationaux.

Percée difficile, mais pas impossible.  Les catastrophes naturelles qui se multiplient poussent à une certaine prise de conscience de la nécessité de s’assurer, dans un pays où la classe moyenne s’installe et où le taux de croissance du secteur avoisine les 25 % annuels. Le potentiel reste à s’exprimer grâce à des cadres locaux bien formés et un contrôle administratif moins strict pour obtenir des licences.

Vous ne verrez donc pas de Une sur la menace des assureurs chinois en France avant longtemps. Mais peut-être de nombreux titres sur des relais de croissance potentiels pour le secteur.