Chronique : Perspectives largement stables pour les assureurs diversifiés internationaux

Comme chaque mois, l’agence de notation Standard and Poor’s revient sur un élément du marché de l’assurance. Pour le mois d’octobre, Gwénaelle Gibert, Associate director – Insurance chez S&P, se penche sur le cas des assureurs multi-branches internationaux.

Dans notre rapport publié le 16 Septembre 2013, nous indiquons que les assureurs multi-branches à couverture internationale ( “Global multi-line insurers” (GMI) en anglais) continuent d’afficher des notes plus élevées (la majorité d’entre eux bénéficie d’une note supérieure ou égale à ‘AA-‘) que la moyenne des assureurs que nous notons en général (bas de la catégorie ‘A’ en moyenne). Leur force relative tient essentiellement à leur forte diversification, autant géographique que par ligne de produits, souvent assortie de très solides positions sur leurs marchés. A cela vient s’ajouter une amélioration de leur solvabilité ajustée du risque constatée au cours des 18 derniers mois.

Ainsi, les notes de solidité financière des 15 GMI que nous notons se situent en moyenne entre ‘AA-’ et ‘A+’, avec six d’entre eux notés ‘AA-’ (ACE, Aegon, MetLife, Prudential Financial, Tokyo Marine et Zurich), deux notés ‘AA’ (Allianz et QBE) et le reste noté en catégorie ‘A’ (AIG, Aviva, AXA, ING, Generali, XL et QBE). Seulement trois d’entre eux ont une perspective négative attachée à leur note (Generali, ING et Tokyo Marine), alors que le reste des notes a une perspective stable ou positive (ACE et XL).

Les niveaux de taux bas continuent néanmoins de menacer la profitabilité des GMI, affectant particulièrement leurs portefeuilles vie – le retour sur fonds propres des GMI est ainsi légèrement inférieur à 8% à fin 2012 alors qu’il était d’environ 10% une année auparavant. Dans les pays où une grande partie des contrats contient encore des taux garantis, l’impact des taux bas se reflète dans leurs marges financières, du fait des placements dont le rendement diminue au fil des ans : d’environ 4.5% en moyenne pour les GMI en 2008, il est désormais inférieur à 4% en 2012. Selon nos prévisions économiques nous attendons une légère augmentation des taux d’intérêts à long terme entre 2013 et 2015, sans toutefois retrouver les niveaux de taux d’avant crise financière de 2007.

En conséquence, nous ne nous attendons pas à ce que la profitabilité des GMI retrouve son niveau d’avant crise même si la hausse graduelle des taux d’intérêts soulagerait la pression sur les résultats. Enfin, nous pensons que pour la plupart des GMI, la solvabilité ajustée du risque restera une force relative de la note de solidité financière.

Gwenaelle Gibert

Cette chronique a été diffusée dans l’hebdomadaire News Assurances Pro n°82, daté du 10 octobre.