Assurance : Perspectives stables en vie et dommages selon Moody’s

Perspectives stables

Moody’s a relevé ses perspectives pour le marché français en dommages. Elles demeurent en revanche stables en assurance vie.

Dans une note publiée lundi, l’agence de notation Moody’s détaille ses perspectives pour le marché français de l’assurance. Elles passent de négatives à stables en dommages. « Cette évolution reflète la hausse des prix et la réduction de la fréquence des sinistres sur le marché clé de l’assurance automobile, même si une vive concurrence va probablement freiner une nette amélioration des performances de souscription en dommages », souligne Moody’s dans son étude.

Pour autant, cette amélioration à venir ne s’accompagnera pas nécessairement d’une amélioration du ratio combiné. Selon l’agence de notation, il devrait se maintenir entre 100% et 103% en automobile en 2018 et 2019. En cause, une inflation du coût des réparations automobiles.

Les marges pourraient quant à elles être affectées par la conjonction d’une concurrence toujours intense sur le marché du dommages et d’une sinistralité élevée en catastrophe naturelle. L’agence relève ainsi que le secteur a dû faire face à quelques 1Md d’euros de sinistres en cat’nat’ sur les neuf premiers mois de l’année, « soit l’équivalent de 2 points de ratio combiné ». 2018 est par ailleurs une année record sur le front des sécheresses. « Selon Météo France, la température estivale moyenne était la deuxième plus élevée depuis 1959, tandis que les précipitations automnales étaient exceptionnellement basses », indique Moody’s. L’agence précise toutefois que le risque sécheresse est largement réassuré par la CCR, limitant de fait l’impact sur les assureurs dommages.

Remontée progressive des taux

L’agence anticipe une remontée progressive des taux permettant aux assureurs français de dégager des marges sur les placements financiers et de renforcer leurs provisions.
En vie, Moody’s prévoit une croissance de l’activité sur les unités de compte après une stabilisation à 29% de la collecte brute sur les 9 premiers mois de l’année. Les assureurs vie parviennent ainsi à se désengager progressivement des produits garanties en incitant les assurés à se porter sur du multisupports. Un mouvement qui pourrait être accéléré par la loi Pacte. Cette dernière devrait simplifier l’Eurocroissance, produit dont le capital est garanti, mais à terme.

Le salut des assureurs passera par ailleurs par une diversification en santé et en prévoyance. Mais là aussi, la compétition promet d’être rude selon l’agence de notation.