Assurance-crédit : Euler-Hermès prévoit un recul des défaillances d’entreprises en 2014

Heuler Hermes

L’assureur-crédit Euler Hermès a estimé mercredi que le Pacte de responsabilité n’apporterait aucune croissance supplémentaire à la France d’ici 2017 car ses effets sont annulés par les économies.

“Le Pacte de responsabilité, selon nous, n’aura aucun effet net en termes de croissance à l’horizon 2017”, a estimé Ludovic Subran, économiste en chef de la société, lors d’une conférence de presse. “Le Pacte de responsabilité et le Pacte de stabilité s’annulent,” a-t-il dit, ironisant sur la “pactite” à l’œuvre dans le pays.

Il faisait référence d’une part aux aides aux entreprises et dans une moindre mesure aux ménages modestes annoncées par l’exécutif, le Pacte de responsabilité et de solidarité, et de l’autre au Pacte de stabilité, traité fixant les contraintes budgétaires en zone euro, auxquelles Paris entend se plier moyennant des économies de 50Mds d’euros. “Ce qu’on donne d’un côté, on le reprend de l’autre”, a estimé M. Subran.

Euler Hermès estime la croissance française à 0,7% cette année et 1,2% en 2015. L’assureur-crédit prévoit un recul de 1% des défaillances d’entreprise en 2014, puis -3% en 2015, à un niveau qui resterait toutefois deux fois plus élevé qu’en Allemagne.

M. Subran a identifié “des raisons européennes et des raisons de politique publique” pour expliquer l’inertie en France, en particulier du côté des entreprises dont le chiffre d’affaire stagne. La raison européenne est principalement une faible inflation, qui empêche les entreprises d’augmenter leurs prix: “c’est la courroie qui manque”, selon M. Subran.

Au niveau des politiques publiques, il a déploré une trop grande sophistication et une mauvaise répartition: “à trop vouloir faire de l’ingénierie, à trop vouloir cibler, on crée des rentes sans le vouloir”, a-t-il jugé.

Selon Euler Hermès, en 2014, la moitié des versements au titre du Crédit impôt compétitivité emploi, soit 3,3Mds d’euros, iront à des secteurs protégés de toute concurrence extérieure, et seulement 540M à des entreprises largement exportatrices. Autre dispositif épinglé: le PEA-PME, censé stimuler le financement des entreprises, qui n’a collecté que 250M d’euros jusqu’ici, dont 45% ont bénéficié à des entreprises étrangères.