Santé : 7,3 millions de personnes ont bénéficié de l’ACS en 2018

Docteur

Le nombre de bénéficiaires des aides à l’accès à soins (CMU-C et ACS) a encore augmenté en 2018 pour atteindre 7,28 millions de personnes, selon des données publiées sur le site internet du Fonds CMU et consultées mardi par l’AFP.

Fin 2018, 5,63 millions de personnes avaient bénéficié de la couverture maladie universelle complémentaire (CMU-C), qui permet de se faire soigner gratuitement en cas de faibles revenus. Un chiffre en hausse de 1,8% sur un an, qui s’explique notamment par “la croissance du chômage” en 2017.

Le coût de la CMU-C est “estimé à 2,3 milliards d’euros” en 2018 (un montant intégralement financé par une taxe sur les complémentaires santé), soit 415 euros en moyenne par bénéficiaire. Parallèlement, 1,65 million de personnes ont obtenu une attestation ouvrant droit à l’aide à l’acquisition d’une complémentaire santé (ACS), soit 4,7% de plus qu’en 2017.

L’ACS s’adresse aux personnes aux revenus modestes (moins de 1.007 euros par mois pour une personne seule), mais supérieurs au plafond d’attribution de la CMU-C (746 euros pour une personne seule). Ces personnes peuvent prétendre à une complémentaire santé labellisée par le gouvernement pour son rapport qualité-prix.

Fin 2018, parmi les bénéficiaires de l’attestation, 1,27 million l’avaient utilisée pour souscrire un de ces contrats, soit environ 77%. Mal connues, la CMU-C et l’ACS se distinguent par un important taux de non recours. D’après des estimations de la Drees (service statistique des ministères sociaux), en 2017, entre 34% et 45% des personnes ayant droit à la CMU-C ne l’ont pas demandée, soit 2,8 à 4,5 millions de personnes. Pour l’ACS, le taux de non recours était évalué entre 41% et 59%, soit 1,1 à 2,3 millions de personnes.

Pour remédier à cette situation, le gouvernement a décidé de fusionner au 1er novembre 2019 les deux dispositifs, l’ACS devant devenir une CMU “contributive” avec une participation financière jusqu’à 30 euros par mois.