Résultats : La MACSF confirme son virage vers les unités de compte

La Mutuelle d’assurances du corps de santé français (MACSF) servira un taux de 3,40% sur le fonds euros de son contrat assurance-vie au titre de 2013. Une année qui a vu les unités de compte prendre le dessus sur le fonds euros dans les affaires nouvelles.

La MACSF a réussi une bonne année 2013. Avec une hausse du chiffre d’affaires de 5% sur la branche épargne / retraite, à 1.376M d’euros, la MACSF fait moins bien que le marché qui, sur les 9 premiers mois de l’année, annonce déjà 8% de hausse. Mais la MACSF ne s’en inquiète pas outre mesure. “Nous n’avons pas mené d’actions commerciales pour améliorer le chiffre d’affaires en fin d’année“, explique Marcel Kahn, directeur général de la mutuelle, “nous n’avons pas d’objectifs, nous suivons plutôt les évolutions du marché“. De fait, en début d’année, la MACSF expliquait qu’elle délaisserait les actions commerciales sur le fonds euros faute d’investissement intéressant sur les taux obligataires.

Cette stratégie s’illustre dans les résultats par “un vrai renversement entre euros et unités de compte, avec un rapport de 3 pour 1” détaille Aymeric Oudin, directeur général délégué de MASCF Epargne Retraite. En 2013, le contrat RES Multisupport (RES MS) représente 13.246 affaires nouvelles, contre 5.535 sur le fonds euros. Ce sont respectivement des gains de 58% pour le RES MS contre une baisse de 25% pour le RES simple, en euros uniquement.
Dans le même temps, la retraite voit le nombre d’affaires nouvelles baisser, malgré “une légère amélioration de l’encours” selon Aymeric Oudin. La faute à une stratégie commerciale mobilisée sur autre chose que

Enfin, la collecte est restée positive en 2013, avec un gain net de 565M d’euros. La MACSF note “une forte baisse des prestations” sur l’année qui, combinée à la hausse de 5% de la collecte brute, permet de donner ce résultat. Logique pour Marcel Kahn qui estime que le placement “répond à un besoin performant” pour les assurés. Quant à l’euro-croissance, la MASCF se dit prête à le commercialiser, mais doute de son intérêt pour ses sociétaires, en raison du taux qu’elle peut servir sur son fonds euros. Avec une performance de 3,40% annoncée pour 2013, et une provision pour participation aux excédents “qui dépassera 1%” de l’encours selon Marcel Kahn, la mutuelle peut voir venir.