Résultats 2016 S1 : Les charges de restructuration plombent le bénéfice de Zurich Insurance

L’assureur suisse Zurich Insurance a publié jeudi un bénéfice net en chute de 22% au premier semestre, à 1,6 milliard de dollars (1,4 milliard d’euros), plombé entre autres par des charges de restructuration.

Son bénéfice d’exploitation s’est quant à lui replié de 2% à 2,1 milliards de dollars, a indiqué le groupe dans un communiqué. Les analystes interrogés par l’agence AWP tablaient en moyenne sur un bénéfice net de 1,5 milliard de dollars. Devant ces réultats moins mauvais que prévu, l’action Zurich Insurance s’est envolée à la Bourse suisse. A 11h23, l’action progressait de 4,03% à 252,70 CHF, dans un marché en très légère hausse, avec un indice SMI à 8.268 points (+0,73%).

Dans ses activités d’assurance dommages, le ratio combiné, un indicateur de la performance des assureurs, est ressorti à 98,4%. Lorsque cet indicateur, qui compare les frais de gestion et les coûts des sinistres aux primes encaissées, est inférieur à 100, les assureurs se situent en terrain bénéficiaire. « Nous avons fait des progrès significatifs au cours des six derniers mois, avec une amélioration constante de notre performance sous-jacente au deuxième trimestre », a déclaré son nouveau directeur général, l’italien Mario Greco, cité dans le communiqué, tout en soulignant que ces changements s’opéraient dans un contexte difficile.

L’ancien patron de l’assureur italien Generali, qui a repris les commandes en mars, avait fait savoir en juin qu’il entendait lancer une vaste refonte de la structure du groupe. Zurich Insurance, dont l’activité assurance-dommages est en difficultés, a lancé un vaste plan pour se redresser, avec quelque 8000 suppressions ou délocalisations d’emplois au niveau mondial d’ici à 2018.

L’assureur va mener une nouvelle analyse de ses réductions de coûts, dont les détails seront présentés le 17 novembre, à l’occasion de la journée des investisseurs, a déclaré M. Greco. Le groupe escompte réaliser en 2016 quelque 300 millions de dollars d’économies, dont environ 230 millions déjà atteints au premier semestre.

Ensuite, l’objectif reste de 1 milliard par an. La division en difficulté General Insurance a enregistré au 1er semestre 2016 un recul de 1% du volume de primes et de frais de police, à 18,5 milliards de dollars. Hors effets de changes, la croissance est de 2%. Le résultat opérationnel (BOP) du secteur a progressé de 3% à 1,21 milliard.n »General Insurance démontre des progrès fondamentaux réalisés au cours du premier semestre, portés par les mesures prises sur notre portefeuille, avec la perspective de nouvelles améliorations en cours d’exercice », a souligné Mario Greco en conférence téléphonique.

Le ratio combiné est stable en comparaison annuelle, à 98,4%, mais il s’est nettement amélioré par rapport à fin 2015, où il avait atteint 103,6%. Dans le secteur non-vie, le groupe a annoncé sa sortie du marché en Afrique du Sud, au Maroc, à Taïwan et au Moyen-Orient. Il a par ailleurs renforcé sa présence aux Etats-Unis – où il a finalisé le rachat de l’assureur américain RCIS – en Malaisie ainsi qu’en Australie.

Les activités vie (Global Life) ont enregistré un volume de primes, frais de police et dépôts d’assurance de 15,4 milliards de dollars. Elles sont en hausse de 4%, dopées par l’Amérique latine, l’Espagne et le Royaume-Uni.nLe résultat opérationnel (BOP) de ce secteur est en repli de 1% à 667 millions de dollars, en raison d’un niveau plus élevé de sinistres aux Etats-Unis.