Résultats 2011 : Le poids de l’assurance de biens était croissant dans l’assurance française

Graphique

Les cotisations de biens et responsabilités gagnent des parts de marchés en 2011 et représentaient 25,2% des 190Mds d’euros de cotisations perçues contre 22,2Mds en 2010. Toutes les branches étaient en hausse.

L’Association française de l’assurance (AFA) livre les chiffres des assurances de biens et de responsabilités pour 2011. Effet de comparaison et hausses de cotisations ont poussé ces assurances qui gagnent 3 points de parts de marché en 2011 par rapport à 2010. Ainsi, en 2011, 25,2% des 190Mds d’euros de cotisations étaient des assurances de biens et responsabilités, contre 22,2% des 206Mds d’euros en 2010. Le ralentissement de l’assurance-vie n’est pas la seule explication.

Cette année-là, tous les segments des assurances de biens et de responsabilités ont vécu une forte croissance. Les cotisations en général ont augmenté de 4,2%. Dans le détail, les plus faibles hausses sont à imputer aux assurances de responsabilité civile générale et transports, avec +1,8% en moyenne, tandis que les « champions de la croissance » auront été les assurances de dommages aux biens agricoles (+10,5% entre 2012 et 2011), les assurances de crédit cautions, protection juridique et autres assistances (+6,8%).

L’assurance aux biens des particuliers est en hausse de 6,2% sur l’année tandis que l’assurance auto est elle en hausse modérée de 3,5% sur la période. Dans les hausses sensibles, la cat’ nat’ a vécu une remontée des cotisations de 5% en 2011.

Les poids sont toutefois très divers. L’assurance auto, à elle seule, compte pour 19Mds d’euros sur les 47,9Mds que pèsent les assurances de biens et responsabilités. Ce sont les activités d’assurances aux biens des particuliers qui arrivent en deuxième position, avec un volume de cotisation de 8,4Mds d’euros, suivies des assurances de biens des professionnels, avec un marché de 6Mds d’euros.

Tous segments confondus, les dommages « particuliers » comptent pour 28,7Mds d’euros, tandis que les dommages aux professionnels pour 19,2Mds. A noter que les deux types de souscripteurs sont en hausse sur la période. Depuis 2002, la hausse est de près de 33% pour les deux segments.

Enfin, pour la distribution, il apparaît que l’assurance directe est encore à la peine, représentant, en 2011, seulement 1,2% des cotisations. Les sociétés avec intermédiaires restent majoritaires, à 52,6% du total, tandis que la bancassurance réalise 10,3% et les MSI 24,5%.