Résultat 2016 : Scor enregistre un bénéfice net en baisse de 6,1%

Scor dégage un résultat net de 603M d’€, en baisse de 6,1% par rapport à 2015, mais supérieur aux attentes. Le réassureur français annonce un programme de rachats d’actions sur deux ans pouvant aller jusqu’à 200 millions d’euros et une hausse de son dividende.

Au niveau commercial, les primes brutes émises (équivalent chiffre d’affaires) en 2016 ont progressé de 3%, à 13,8 milliards d’euros. Scor Global P&C a dégagé une forte rentabilité technique en 2016 avec un ratio combiné net de 93,1%. Scor Global Life, quant à elle, enregistre une marge technique de 7%.

Le résultat net du Groupe s’élève à 603M d’€ en 2016, en recul de 6,1% par rapport à 2015 mais supérieur aux attentes. Le taux de rendement annualisé des capitaux propres (ROE) atteint 9,5%. Les fonds propres atteignent 6.695M d’€, contre 6.363M d’€ en 2015.

Porté par ces performances opérationnelles, le ratio de solvabilité de Scor est estimé à 225%, contre 211% par rapport à 2015 et s’établit donc au-dessus de la zone de solvabilité optimale comprise entre 185% et 220% ,définie par Scor dans le plan « Vision in Action ».

Suite à ces résultats, Scor propose à l’assemblée générale d’augmenter le dividende à 1,65 euros par action pour l’exercice 2016, contre 1,50 euros en 2015.

Rachat d’actions dans les cartons

Par ailleurs, Scor envisage de procéder à des rachats d’actions au cours des prochains 24 mois. Le ratio de solvabilité élevé, les bonnes notations financières et le niveau d’endettement optimal conduisent le réassureur à prendre cette direction. Les modalités des rachats d’actions en ce qui concerne le montant et le calendrier seront arrêtées par le conseil d’administration, en fonction des performances de croissance du groupe.

Réorganisation juridique en cours

Le groupe prépare également une réorganisation juridique. La fusion entre les entités légales Scor Se, Scor Global P&C et Scor global life SE devrait se finaliser début 2019. Celle-ci devrait déboucher sur des économies potentielles pouvant atteindre « jusqu’à 200 millions d’euros de capital économique », indique le communiqué.

Scor Global Life, le segment de la réassurance vie, soutient ce résultat avec une hausse des primes émises de 6,4% à 8,18 milliards d’euros, profitant notamment d’un « flux d’affaires nouvelles dans les branches Protection et Solutions financières » dans la région Asie-Pacifique.

Scor Global P&C, la branche dommage et responsabilité du réassureur, a vu ses revenus baisser de 1,5% à 5,63 milliards d’euros à taux de change courant, affectés par un effet de change défavorable, ce résultat s’affichant en hausse de 1,2% à taux de change constant. Cette progression s’explique par la forte hausse enregistrée au quatrième trimestre de 5,4%, au cours duquel Scor Global P&C a renforcé ses parts de marché aux États-Unis.

Cette branche a aussi souffert d’une série de catastrophes naturelles (l’incendie de Fort McMurray au Canada, l’ouragan Matthew aux Etats-Unis et le tremblement de terre de Kumamoto au Japon), qui ont pénalisé sa rentabilité. Conséquence, son ratio net combiné, soit le coût des sinistres et frais généraux rapportés aux primes perçues, est ressorti à 93,1% en 2016 contre près de 91% pendant près de deux ans.

Denis Kessler, PDG de Scor, déclare : « En 2016, Scor enregistre de très bons résultats, conformes aux objectifs de rentabilité et de solvabilité de son nouveau plan stratégique ’Vision in action’. Scor élargit son fonds de commerce, notamment avec le développement de la division Vie en Asie et le gain de nouvelles parts de marché par la division P&C aux États-Unis ».

Avec agences