Réassurance : Scor freiné au 2T par la réforme fiscale américaine

Siège social de Scor

Le réassureur français Scor a annoncé jeudi avoir enregistré pour le deuxième trimestre un bénéfice net en repli de 37% sur un an, du fait principalement d’une charge exceptionnelle due à la réforme fiscale aux Etats-Unis.

D’avril à juin, le réassureur a engrangé un bénéfice net de 96 millions d’euros contre 153 millions un an plus tôt, a-t-il fait savoir dans un communiqué financier.

Le réassureur explique avoir “procédé à certains ajustements de sa structure opérationnelle du fait de la récente réforme fiscale américaine. La charge comptable résultant de la mise en place de cette nouvelle structure opérationnelle a été comptabilisée au deuxième trimestre 2018 et représente un montant total de 62 millions d’euros“.

En ne tenant pas compte de cette charge, le résultat net du deuxième trimestre ressort en progression d’un peu plus de 3% sur un an, fait valoir le réassureur.

Depuis le début de l’année, “le groupe continue d’afficher une croissance rentable et maîtrisée, les deux divisions Vie et P&C (dommage et responsabilité, ndlr) poursuivant leur expansion dans des zones géographiques et dans des lignes de métier ciblées, tout en dégageant une solide rentabilité technique“, s’est félicité son patron Denis Kessler, cité dans le communiqué.

Sur les six premiers mois de l’année, Scor a ainsi vu ses primes brutes émises, équivalent du chiffre d’affaires, atteindre 7,5 milliards d’euros, soit un résultat globalement stable sur un an, mais en progression de 8,2% sur un an une fois toiletté des effets de changes.

Dans le détail, le groupe précise avoir été porté au premier semestre par la bonne tenue de sa division de réassurance dommages, où les primes ont progressé de presque 5% à taux de change constant, grâce notamment au dynamisme de l’activité au Etats-Unis.

Dans cette division, le groupe dit avoir notamment profité “d’une sinistralité inférieure à la moyenne pour les catastrophes naturelles” au deuxième trimestre et table désormais sur une croissance pour l’ensemble de l’année “dans le haut de la fourchette de 3 à 8 % mentionnée” dans son plan stratégique.

Du côté de la réassurance vie, le groupe fait état “d’une forte croissance au premier semestre 2018“, avec des primes brutes émises en hausse de 10,5% sur un an à taux de change constants et tirées notamment par le développement de l’activité en Asie-Pacifique et par les solutions financières.