Epargne : La FBF juge les propositions du rapport Berger/Lefebvre insuffisantes

La Fédération bancaire française (FBF) a regretté mercredi que le rapport sur l’épargne financière des députés socialistes Karine Berger et Dominique Lefebvre propose des modifications “insuffisantes” pour aider au financement de l’économie française.

Ce rapport, remis mardi au gouvernement, préconise une plus grande utilisation de l’assurance-vie pour financer les entreprises, à travers un nouveau contrat notamment.

Si elle dit partager le constat des deux députés, à savoir que l’épargne financière des Français est abondante mais pas assez orientée vers le financement des entreprises, la fédération juge que leurs propositions “ne devraient modifier qu’à la marge la réorientation de l’épargne”.

Par exemple, elle indique qu’elle aurait souhaité “une révision de la fiscalité de l’épargne dans le sens d’une plus grande incitation à l’investissement de long terme”.

Elle pointe également du doigt les préconisations de Mme Berger et M. Lefebvre en faveur du maintien des avantages fiscaux et sociaux de l’épargne réglementée (Livret A, Livret de développement durable…).

La FBF rappelle à cet égard que les sommes collectées sur le Livret A échappent pour une large partie au bilan des banques pour être centralisées par la Caisse des dépôts, au moment où les nouvelles règles dites de Bâle III leur imposent d’avoir davantage de dépôts pour pouvoir octroyer des prêts.

“Les mesures préconisées dans ce rapport n’aideront donc pas les banques à financer l’économie française et à retrouver le chemin de la croissance”, assure la fédération.