Notation : Moody’s confirme la solidité financière de Covéa Coopérations

L’agence Moody’s vient d’attribuer à Covéa Coopérations la note de solidité financière Aa3, assortie d’une perspective stable. Cette notation est principalement justifiée par le niveau exceptionnel de capitalisation de la structure.

Moody’s vient d’attribuer à Covéa Coopérations (structure de réassurance détenue à 100% par Maaf Assurance et Maaf Santé, MMA IARD Assurances Mutuelles et MMA Vie Assurances Mutuelles, GMF et Assurances Mutuelles de France) la note de solidité financière Aa3 avec perspective stable. Une note qui « reflète en premier lieu le niveau très élevé de capitalisation du Groupe, ainsi que la position de premier plan de Covéa sur le marché français de l’assurance-dommages et la forte notoriété de ses trois principales marques (Maaf, MMA et GMF) », indique l’agence qui ajoute que « la capitalisation exceptionnelle de Covéa est attestée par le niveau très élevé du ratio de Solvabilité II du groupe, qui a atteint 384% à la fin de l’année 2018, ce qui est nettement supérieur au niveau déclaré par d’autres groupes d’assurance notés Aa en Europe ».

« Cette reconnaissance de l’engagement de toutes les équipes de Covéa et de la qualité de notre modèle opérationnel nous positionne parmi les acteurs mondiaux les mieux notés. Cela conforte également notre stratégie de croissance sur le marché des entreprises et de développement sur le marché des risques internationaux », indique Thierry Derez, PDG de Covéa.

Diversification et acquisitions

Parmi les autres atouts de Covéa, Moody’s souligne que le risque relativement faible associé aux passifs d’assurance du groupe mutualiste, la bonne diversification de ses activités et ses bonnes performances opérationnelles contribuent positivement à son profil de crédit.

Si le groupe emmené par Thierry Derez envisage de diversifier ses activités via de la croissance organique et, à l’étranger, par le biais d’acquisitions, Moody’s précise que « c’est susceptible de modifier le profil d’activité et financier du groupe ». Et l’agence de notation d’ajouter « à l’international, Covéa a manifesté son intérêt pour l’acquisition d’une société de réassurance. Moody’s estime qu’une telle acquisition pourrait avoir une incidence notable sur le profil de crédit de Covéa. L’acquisition d’un réassureur d’envergure internationale serait, selon la taille de l’opération, de nature à peser sur la capitalisation du groupe, accroîtrait potentiellement le levier financier de Covéa s’il décidait de lever de la dette, et pèserait sur le profil de risque du groupe ».

Moody’s, qui pointe comme principal facteur de risque de crédit la forte exposition au marché actions de Covéa (dont le portefeuille d’action détenu directement ou via des fonds communs de placement totalisait 9Mds d’euros fin 2018), indique que la notation du groupe mutualiste pourrait être révisée à la baisse dans l’hypothèse « d’une érosion importante des fonds propres du groupe […], d’une augmentation de son endettement financier au-delà de 30% et d’une baisse du niveau de couverture de la charge d’intérêt par les bénéfices […], d’une baisse de sa rentabilité […] ou encore d’une dégradation significative de la qualité de ses actifs ». A l’inverse, une diversification significativement plus élevée en dehors de France assortie d’une bonne rentabilité des activités à l’international, tout en conservant son niveau très élevé de fonds propres et un très faible levier financier, « influeraient favorablement sur la notation, même si ce scénario apparaît improbable à ce stade », conclut Moody’s.