Mixité : les hommes cadres de l’assurance confrontés à des stéréotypes de genre

La majorité des cadres du secteur de la finance, la banque et l’assurance estiment que le secteur est favorable à la mixité. Cependant, la moitié des femmes cadres considèrent ne pas être traitées sur le même pied d’égalité que les hommes, selon une étude menée par l’observatoire de la fédération Financi’elles.

La fédération Financi’elles vient de dévoiler les résultats de la troisième édition de la consultation « Confiance et mixité » afin de mesurer la perception des cadres sur les politiques mixité des entreprises. Environ 25.000 personnes ont été interrogées, dont 10.000 hommes, dans le cadre de cette étude menée en partenariat avec l’institut CSA.

L’aspect le plus surprenant de cette étude réside dans la perception des hommes. Plus de la moitié d’entre eux se sentent confrontés à des stéréotypes de genre et 25% considèrent la paternité comme un frein de carrière. Un tiers estiment que le fait de prendre leur congé paternité est mal perçu par l’entreprise et 8 hommes sur 10 affirment craindre de se heurter au plafond de verre. Une minorité (11%) estiment même que les femmes sont mieux traitées que les hommes.

Le secteur financier, de la banque et de l’assurance est majoritairement perçu comme favorable à la mixité. Ainsi, 85% des cadres estiment que le secteur est aussi favorable voire plus favorable que d’autres secteurs au développement de la carrière des femmes. 3 femmes sur 4 déclarent être satisfaites de leur carrière. Plus de la moitié des répondants estime que leur entreprise les aide à concilier vie personnelle et professionnelle, alors qu’ils étaient moins d’un tiers à partager ce constat en 2011. Plus de deux tiers des hommes considèrent également que la mixité est un facteur de croissance et de création de valeur pour l’entreprise.

Malgré ces signes positifs, il reste encore du chemin à faire pour que les femmes soient considérées d’égal à égal avec les hommes. Près de la moitié des femmes cadres interrogées estiment ne pas être traitées comme leurs confrères masculins. Les opportunités de carrière ne seraient pas les mêmes et 25% d’entre elles pense qu’à poste équivalent, le salaire d’une femme est inférieur. Les femmes sont demandeuses de plus de transparence. Ainsi, plus de 70% d’entre elles souhaitent connaître la répartition des sexes dans les tranches salariales.

« L’expression de ces inquiétudes interpelle sur la nécessité de renforcer encore la communication sur les bénéfices pour toutes et tous de la mixité et de prendre des actions tenant davantage compte des évolutions de la situation des hommes et des nouveaux contours de la masculinité au travail », selon la fédération Financielles, qui regroupe des réseaux de promotion de la mixité de différentes entreprises du secteur de la finance, la banque et l’assurance.