Mercer : Vers une baisse de 3 à 5% des prestations santé en 2020

Les dépenses de santé progressent en juillet.
Les dépenses de santé progressent en juillet.

Mercer publie une étude sur l’impact de la crise Covid-19 sur l’assurance santé. En 2020, la baisse des prestations santé serait comprise entre 3 et 5% pour les organismes complémentaires , selon les projections du courtier.

La crise du Covid-19 aura un impact significatif sur l’Assurance Maladie et les régimes complémentaires. L’objectif national de dépenses de l’assurance maladie devrait être largement dépassé. Cela entraînera un besoin croissant de ressources pour le régime obligatoire. Pour rétablir les comptes, Mercer cite différentes mesures. En premier lieu, la hausse des paramètres de calcul des cotisations sociales (plafond mensuel de la sécurité sociale, tranche salaire…). Mais également une possible taxe supplémentaire exceptionnelle d’environ 3%, lissée sur deux ans, qui transitera par les contrats de complémentaire santé.

Une année en trois mouvements

Concernant les organismes complémentaires, Mercer analyse l’exercice 2020 sur trois périodes différentes. La première, nommée « pré-confinement », jusqu’au 15 mars. Elle enregistre une hausse des 1,50% des prestations santé par rapport à 2019, suite à la mise en place du 100% santé. La deuxième, le confinement, du 16 mars au 10 mai. Elle aura un impact baissier sur les remboursements de l’ordre de 65%. Enfin, la déconfinement, à partir du 11 mai, correspond à une reprise progressive des dépenses de santé, avec un effet report de certains soins. Au 30 juin, la baisse des prestations pour 2020 était de 20% pour les complémentaires. Suite à cet effet report, Mercer anticipe une baisse des prestations santé contenue entre 3 et 5% pour les complémentaires.

Report en optique et dentaire

Mercer observe que l’optique et le dentaire, les postes les plus impactés durant le confinement avec des baisses de -90% et -85%, sont ceux qui connaissent la plus forte reprise post-confinement. Mercer anticipe également une forte hausse des prestations hospitalières, suite au report progressif des hospitalisations non effectuées pendant le confinement. Concernant la portabilité, Mercer se base sur un taux de faillite des entreprises de 21% d’ici fin 2021. Le courtier prévoit par ailleurs un taux de chômage de 11,5% dès mi-2021, contre 7,8% avant le confinement. La portabilité qui ne représente aujourd’hui que 0,8% des prestations versées pourrait grimper à 3% dans les prochaines années, toujours selon Mercer.

Le courtier qualifie d’ “épiphénomène” le gain financier généré par la baisse des prestations en 2020 et anticipe un retour des prestations santé aux mêmes niveaux que hors Covid à fin 2022. « Les effets économiques collatéraux du virus laissent présager une dégradation des régimes qui nécessiteront un suivi en temps réel en fonction du secteur d’activité et de la santé financière de l’entreprise », conclut le courtier.

Bannière contenus sur le coronavirus

Que pensez-vous du sujet ?