Marchés / Technologie : 68% des Français mensualisent leurs assurances

Simple, pratique et fiable : les assurés plébiscitent le prélèvement automatique pour régler des achats ou souscrire des produits d’assurance ou des abonnements à d’autres services. Le secteur de l’assurance y voit aussi un avantage de taille : celui de fidéliser ses clients pour mieux lui vendre des services complémentaires.

Les assureurs, les mutuelles et les institutions de prévoyance ont pris le pli de la vente en ligne. Leurs clients aussi : selon une étude CSA Slimpay, 68 % d’entre eux ont déjà mis en place au moins un prélèvement automatique pour régler une prime d’assurance. Davantage, près de 80 % des consommateurs français regrettent que cette solution ne soit pas davantage mise en avant au moment de la conclusion d’une transaction. Ils y voient un moyen de ne pas oublier des échéances de remboursement, mais aussi de mieux contrôler leurs dépenses.

Ce sentiment est partagé par les acteurs du secteur de l’assurance et de la prévoyance, car le prélèvement permet de lisser les contributions des assurés au cours de l’année : mieux vaut une augmentation de prime étalée sur quelques mois plutôt qu’assénée brutalement au moment du renouvellement. Rien de tel à en croire les uns et les autres pour inciter des consommateurs de mieux en mieux informés, via les comparateurs en ligne, à se tourner vers des contrats plus compétitifs.

Au-delà de la perspective de fidéliser davantage leurs assurés, assureurs, mutuelles et instituts de prévoyance voient dans le prélèvement automatique un autre atout. En effet, alors que la concurrence ne cesse de se renforcer sur des créneaux comme l’assurance auto, habitation, ou même dans le domaine de la santé, ce mode de paiement permet de mieux coller aux attentes des consommateurs. D’abord en vendant des prestations ou contrats complétant ceux déjà souscrits, comme une assistance-dépannage pour une assurance auto ou abonnement de télésurveillance en sus d’une police habitation. Sur ce segment, près de 40 % des français seraient prêts à y souscrire via le prélèvement, à en croire l’étude SlimPay.

Crédit Photo : Daniel Y Go-Flickr