Marchés : Le Gema envisage une stabilité des tarifs en auto, légère hausse en habitation

Pour le Géma, les tarifs devraient se stabiliser en auto et augmenter légèrement en habitation, dans un contexte d’incertitude réglementaire.

La rentrée s’annonce ardue pour le secteur de l’assurance. Avec la mise en place de la loi Hamon, la réforme à venir de l’assurance-vie et l’arrivée des contrats euro-croissance, le secteur est sous pression. “La rentrée est ‘démentiellement’ réglementaire” pour Gérard Andreck, le président du Géma, “tout arrive en même temps. Les travaux de lobbying et de concertation se font dans l’urgence” et les risques demeurent grands pour le secteur.

A commencer par l’impact de la loi Hamon. Le Géma, dont deux des adhérents, la Maif et la Maaf, ont déjà communiqué sur leurs orientations tarifaire, n’a pas vraiment plu au groupement. Mais le Géma rappelle que ces politiques tarifaires sont obtenues “grâce aux résultats de 2012” et non sur le début de l’année 2013. D’autant que l’été a été le théâtre de nombreux événements climatiques, avec un coût estimé à 360M d’euros (brut de réassurance) pour les adhérents mutualistes. “Nos membres ont enregistré 220.000 déclarations de sinistres, dont 40% en auto“, a déclaré Jean-Luc de Boissieu, secrétaire général du Géma.

De ce fait, la fédération ne s’attend pas à de fortes hausses de tarifs. En auto, les tarifs sont attendus en stabilité, voire en très légère hausse a révélé Gérard Andreck qui a parlé de “modération“. En habitation, après plusieurs années de hausses en raison de résultats techniques déficitaires, la tendance serait à une hausse “inférieure aux années précédentes“. Enfin, en santé, le Géma se cale dans les pas d’Etienne Caniard et de la FNMF en confirmant une hausse possible de 2 à 3%.