Le CME lance sa chambre de compensation des Credit Default Swaps, produits financiers très controversés

    L’opérateur boursier de Chicago, le CME, a annoncé mardi avoir lancé sa plate-forme d’échanges des CDS, ces produits financiers complexes accusés notamment d’avoir précipité la chute de l’assureur AIG et que les régulateurs souhaitent encadrer davantage.

    “Par un travail étroit avec les opérateurs de marchés aussi bien du côté des acheteurs que des vendeurs, nous avons commencé avec succès les échanges de CDS”, a indiqué Laurent Paulhac, un responsable du Chicago Mercantile Exchange, cité dans un communiqué.

    Passés auparavant de gré à gré entre des établissements financiers, les CDS (Credit Default Swaps) couvrent contre le risque de défaut de paiement d’une société, d’une personne ou même d’un Etat.

    Echappant à tout contrôle, ces instruments financiers complexes sont au coeur de la crise financière qui a connu son point d’orgue à l’automne 2008. Ils ont précipité la déroute de l’assureur AIG, être nationalisé en échange d’un prêt historique de 85 milliards de dollars de la Réserve fédérale américaine (Fed).

    Cette chambre de compensation des CDS, réclamée par les régulateurs, a été lancée en partenariat avec les banques Barclays Capital, Citigroup, Credit Suisse, Deutsche Bank, Goldman Sachs, JPMorgan Chase, Morgan Stanley, et UBS.

    “Le marché des CDS continue de faire d’énormes progrès en ce qui concerne la réduction des risques opérationnels et systémiques”, a commenté James Hill, un responsable de la banque américaine Morgan Stanley, cité dans le communiqué du CME. “Fournir aux clients un accès à des chambres de compensation pour les échanges des CDS est une étape très importante dans cette évolution”, a-t-il ajouté.

    L’opérateur boursier InterContinentalExchange (ICE) avait également lancé, en mars, une chambre de compensation des CDS.

    New York, 15 déc 2009 (AFP)