USA : baisse de salaire en 2010 pour les dirigeants de l’assureur AIG

    Les dirigeants des groupes américains AIG (assurances), GMAC et Chrysler Financial (services financiers) vont subir une baisse de salaire de 15% en moyenne en 2010 par rapport à 2009, a annoncé mardi le gouvernement américain.

    Cette baisse de salaire concerne les vingt-cinq dirigeants les mieux payés de ces entreprises, a indiqué Kenneth Feinberg, le « superviseur spécial » chargé du contrôle de la paye dans ces entreprises renflouées par l’Etat. Au-delà de ces trois entreprises, l’autorité de M. Feinberg s’étend également sur les constructeurs automobiles General Motors et Chrysler. M. Feinberg a cependant indiqué que du fait que ces deux entreprises avaient connu une restructuration sous contrôle judiciaire en 2009, le niveau des salaires était difficilement comparable d’une année sur l’autre. Il indique néanmoins qu’au titre de ses « recommandations », le salaire de base en espèces des dirigeants des cinq entreprises sous son contrôle allait baisser en moyenne de 33% par rapport à 2009.

    Selon lui, 84% des dirigeants de ces entreprises dont il a commencé à examiner la paye en 2009 sont toujours à leur poste. Cela « sape les arguments » de ceux pour qui un dirigeant risque de quitter son entreprise si on ne l’augmente pas, a-t-il dit lors d’une conférence de presse. M. Feinberg a indiqué que d’une manière générale, ses nouvelles recommandations reprenaient les éléments clef de la « réforme fondamentale » de la paye dont il avait présenté les principes fin 2009: majorité du salaire payé en actions, incessibles pendant un certain temps, bonus versés en actions également et pouvant être repris s’il s’avère qu’ils ont été versés indûment, limitations des avantages en nature, et gel des plans de retraites supplémentaires payés par l’entreprise.

    L’autorité de M. Feinberg se limite aux entreprises ayant été renflouées plus d’une fois par l’Etat dans le cadre du plan de sauvetage du système financier, plan de 700Mds de dollars entré en vigueur début octobre 2008. Les banques Citigroup et Bank of America échappent à son contrôle depuis qu’elles ont remboursé une partie de l’aide de l’Etat en décembre. Concernant AIG, M. Feinberg a indiqué avoir obtenu que les employés de sa division Produits financiers, remboursent intégralement les 45M de dollars de bonus touchés au titre de 2008 qu’ils s’étaient engagés à restituer après le tollé provoqué par la découverte que les salariés de cette branche responsable des difficultés du groupe allaient toucher au total 168M de dollars de bonus.

    M. Feinberg a indiqué également qu’il avait envoyé une lettre à 419 sociétés financières, essentiellement des banques, ayant reçu l’aide de l’Etat entre octobre 2008 et la mi-février 2009 pour s’assurer, conformément à son mandat, que leur politique de rémunération pendant cette période avait été conforme à « l’intérêt général ». Les plus grandes banques comme JPMorgan et Goldman Sachs ne devraient pas être inquiétées pour les bonus qu’elles ont versé à cette époque. Le fait que certaines banques aient remboursé l’État ne les exonère pas de cet examen a posteriori, mais cela rend « plus facile la tâche de conclure qu’elles ont agi conformément à l’intérêt général » ou non, a dit M. Feinberg.

    Washington, 23 mars 2010 (AFP)