Justice : Agipi demande réparation à l’ancienne direction

Un an après le départ de Claude Fath et son remplacement par François Pierson, l’association d’épargnant Agipi, annonce avoir constaté “des dysfonctionnements internes impliquant l’ancienne présidence“.

Qu’a laissé Claude Fath en partant d’Agipi ? L’association d’épargnants, qui commercialise des contrats assurance-vie, dépendance et retraite, tous fournis par Axa, en veut à son ancien président. Au point de porter plainte pour “obtenir réparation”. Le préjudice porterait sur environ 5M d’euros.

Dans un communiqué de presse, l’association confirme en partie les révélations de nos confrères de la Lettre de l’Assurance : il y a eu des “erreurs de gestion” au sein de l’association, le tout “impliquant l’ancienne présidence“.

Le communiqué de l’association parle de “dysfonctionnements internes” portant sur la “perception de rémunérations et l’imputation de dépenses qu’elle considère contraire au droit des associations“. En clair, il est reproché à l’ancienne présidence – puisque le nom de Claude Fath n’est jamais cité – des rémunérations et des dépenses excessives. La Lettre de l’Assurance parle d’un préjudice de 5M d’euros, qui nous a été confirmé.

Claude Fath, président fondateur de l’association, est resté à sa tête 37 ans. Agipi est partenaire d’Axa, assureur qui fournit les contrats vendus par l’association. C’est d’ailleurs un ancien de la maison, François Pierson, ancien PDG d’Axa France et PDG Dommages du groupe Axa, qui est maintenant le président d’Agipi.

Enfin, l’association et son conseil d’administration tiennent à préciser que la solidité d’Agipi n’est en rien menacée par ces “agissements du passé“.