Edito : L’assurance de bien négocier ?

L’automne, ses feuilles mortes, ses marrons, ses manifestations et ses négociations.
Les agents généraux d’Axa et leur syndicat Réussir sont parvenus à un accord avec la direction d’Axa France.

En assez peu de temps, les choses sont rentrées dans l’ordre et tout le monde y a trouvé son compte, semble-t-il.
Mais toutes les discussions ne donnent pas les mêmes résultats. Depuis quelques mois déjà, D&O et le Groupe Mornay discutent, eux aussi. Là, pas de blocage, mais plutôt des négociations ardues dans un grand secret.

Au moins le monde de la prévoyance et du paritarisme est-il plein de surprise. Car en quelques jours, Apgis quittait la table de Mornay, qui restait en tête à tête avec D&O, un accord aboutissait mais était aussitôt battu en brèche par un nouvel affront, cette fois de l’IPGM, l’Institution de prévoyance du Groupe Mornay.

Nos confrères de la Lettre de l’Assurance, en pointe sur le sujet, résume à ce propos parfaitement la situation de négociations qui n’aboutissent pas parce qu’elles… n’ont pas à aboutir.

Derrière ce constat dont tout un chacun pourra se faire son propre avis, il faut reconnaître la capacité du Groupe Mornay à exister dans la négociation et la discussion.

Discussion, négociation, bras de fer, passage en force, médiation avortée… non, il ne s’agit pas d’un résumé d’un texte sur la réforme des retraites, mais de l’Afer…
Nous apprenions il y a quelques jours, dans Investir, que la médiation organisée par l’actuel président entre l’association et les fondateurs avait été rejetée.

Plus de dix ans après la mise en cause des dirigeants, l’Afer et l’association de défense SOS Principes Afer ont toujours autant de mal à discuter… Alors qu’il en va de l’intérêt de chacun. C’en est à se demander si la discussion a un quelconque intérêt dans l’assurance.