Le 21 mars dernier s’est tenue la troisième réunion du Club Distribution du Cercle LAB. Consacrée à DDA, et plus particulièrement à son volet formation, elle fût l’occasion d’évoquer avec les participant(e)s les contraintes, mais aussi les opportunités des 15H d’enseignement obligatoires de la directive dans les processus de distribution.

Cette troisième réunion du Cercle LAB consacrée à la DDA, et plus particulièrement à son volet formation mis en place depuis le 23 février dernier, fût d’abord orientée sur la compréhension et la mise en œuvre des 15 heures de formation obligatoires prévues dans le cadre de la directive.

Considérée comme trop vague et soumise à l’ultra-interprétation, certains participants ont regretté que ce volet ne soit pas plus cadré. Pour la plupart, cette obligation est cependant une opportunité pour redéfinir le volet formation de l’entreprise, remettre les équipes à niveau et éviter les dérives de processus d’enseignements souvent orientés produits et sans devoir de conseil.

La question de la validité et de la légitimité des organismes qui délivrent la formation a également été posée, avec une volonté accrue d’exigence et de contrôle des compétences en interne. Devant la diversité des formations proposées sur le marché, les participants du Club ont souhaité que DDA puisse permettre des approches venues de secteurs connexes, en s’appuyant notamment sur l’interprofessionalité.

Outre le sujet des budgets alloués à cette exigence de formation, chacun a insisté autour de l’opportunité de stimuler les équipes et de leur redonner le goût d’être formées pour gagner en dynamisme commerciale. Les 15H de formation pouvant également être un moyen de se différencier, de communiquer et de valoriser les actions d’une entreprise.

Surtout, cela peut permettre de générer de la satisfaction et, in fine, la fidélisation du client final. Si chaque structure doit écrire ses procédures de formation, notamment pour se conformer aux exigences de l’ACPR, elle doit aussi prouver au gendarme qu’elle est proactive, avec ses propres démarches, ses exigences et sa cartographie des salariés concernés.

Enfin, le sujet de la durée de la formation imposée par DDA, ainsi que son renouvellement chaque année était également au centre des discussions, avec les questions des mises à jour juridique, d’adaptation des condition de marché ou encore d’arrivée de nouvelles équipes non-formées.

Le prochain club distribution se réunira le mardi 2 juillet prochain autour du thème « Quelle place pour les outils dans la distribution de demain ? » A vos agendas ! (https://www.newsassurancespro.com/agenda-cercle-lab)

Ce diaporama nécessite JavaScript.