Baromètre : Qu’attendent les courtiers des assureurs ?

Les cabinets Golder & Partners et JGCS ont présenté pour la première fois à la presse une partie du travail de benchmark qu’ils ont réalisé pour la quatrième fois auprès des courtiers pour des clients assureurs.

A l’issue de la saison 2015-2016, du point de vue des courtiers interrogés, Groupama Gan Vie a été le meilleur partenaire assureur des courtiers. Réalisée auprès de 320 cabinets de taille variée, répartis sur tout le territoire français (moins d’un sur trois est situé à Paris ou Région Parisienne), et travaillant régulièrement en assurance collective pour huit sur dix d’entre eux, l’étude ausculte les relations avec huit fournisseurs en assurance collective : AG2R La Mondiale, Allianz, April Entreprise Prévoyance, Axa, Generali, Groupaman Gan Vie, Quatrem et Swiss Life.

Groupama Gan Vie a détrôné April Entreprise Prévoyance, distingué en 2014, qui avait succédé à Axa (2011). April avait déjà été distingué en 2009. Soucieux sans doute de ne pas heurter la sensibilité des autres assureurs et clients, le baromètre n’en dévoile pas davantage sur le classement.

Il apprend en revanche beaucoup sur ce qui fait un bon assureur du point de vue d’un courtier.
« Qualité du suivi de la gestion des risques », « disponibilité des interlocuteurs du siège », « réglement des litiges », « pouvoir de décision des interlocuteurs habituels du courtier » et « compétence technique » sont les attentes les plus citées par les courtiers, quelle que soit la taille du cabinet. « Tous les critères liés à la relation entre courtier et assureur sont très importants » souligne Joël Golder du cabinet éponyme… Mais, à l’exception de la compétence technique, en légère amélioration entre 2014 et 2016, le niveau de satisfaction des courtiers pour ces critères est en recul assez net.

Les aspects financiers, comme la compétitivité des tarifs et plus encore la rémunération des apporteurs d’affaires, arrivent en fin de liste des préoccupations des courtiers. « L’ANI a eu un effet discount, et certains assureurs sont allés au devant des attentes des courtiers », analyse Josette Gueniau, du cabinet JGSC. Sans distinction de taille, 2/3 des cabinets estiment que les tarifs prat
iqués ont été « justes ».

Enfin, les attentes et opinions des courtiers en matière de numérique et d’extranet doivent sans doute inciter les assureurs à la réflexion : 25% des courtiers seulement estiment que « chez les TPE, internet va générer de plus en plus de souscriptions de contrats en ligne ». La grande majorité estime qu’internet restera un moyen d’information préalable voire un outil de demandes de devis.

« L’extranet est désormais un facteur de confort, pas de satisfaction », estime Joël Golder. S’ils doivent impérativement proposer à leurs courtiers un extranet du niveau de ceux de la concurrence, les assureurs ne doivent donc pas compter sur lui pour se distinguer.