Assurance-vie : Les professionnels optimistes sur le produit, attendent des mesures

Selon un sondage, 77% des professionnels de l’assurance sont confiants dans l’assurance-vie. La même proportion, 77%, plébiscite des mesures fiscales pour allonger la durée de détention.

Dans le sondage que livre Optimind Winter, en collaboration avec Opinion Way, il apparaît que les professionnels du secteur de l’assurance sont confiants dans le produit assurance-vie. Sur 79 professionnels interrogés, 77% se disent confiants dans le produit assurance-vie. « Pour les acteurs interrogés, le produit à encore des atouts » avance Corinne Jehl, actuaire et practice leader chez Optimind Winter. Toutefois, 76% estiment que le rendement des fonds euros va diminuer en 2013, 62% que la fiscalité va se dégrader et 44% que les épargnants vont privilégier d’autres investissements… alors que 41% pensent que non.

La fiscalité est un sujet sensible. A quelques jours de la livraison du rapport sur la réforme de l’épargne mené par Karine Berger et Dominique Lefebvre, prévue pour la fin du mois de janvier, les professionnels attendent des mesures. 77% sont pour des évolutions fiscales pour favoriser la détention longue, et dans le détail, 44% pour avantager la sortie en rente, 37% pour une dégressivité de la fiscalité PFL sur 14 ans, 16% pour une durée de détention basée sur les versements et non plus sur la souscription et 4% pour d’autres mesures. « L’idée n’est pas à une révision totale de la fiscalité mais à des incitations légères » complète Corinne Jehl.

Des rendements en baisse, une PPE moins touchée

L’étude, menée sur 79 clients et prospects du cabinet d’actuariat sous format enquête en ligne et interview, a été réalisée en décembre dernier. Et à cette époque, les rendements étaient imaginés… stables à 38% ou en baisse pour 56% d’entre eux. En comparaison avec l’année précédente, le chiffre est en baisse. En 2011, près de 75% des répondants pronostiquaient des rendements en baisse.

Dans les faits, la tendance se confirme à une baisse des rendements, mais pas au point d’atteindre un rendement moyen de 2,70%.

D’autant que le recours à la PPE avait été important en 2011. A la question « avez-vous prélevé dans la provision pour participation aux excédents pour définir les rendements 2011 ? » 39% répondent que oui, dont 11% « significativement ». A noter que 38% ont répondu qu’ils « ne savaient pas ». Pour 2012, la tendance semble être plutôt à la reconstitution de cette PPE, comme si la baisse des rendements avait été actée. Ce sont ainsi seulement 18% des personnes interrogées qui affirment qu’un prélèvement sur la PPE sera fait, alors que 48% avouent… ne pas savoir.

Le phénomène de la PPE est à mettre en rapport avec l’évolution de la collecte en assurance-vie. Avec une collecte brute ralentie et de moindres capacités d’investissements, les assureurs ont constitué des réserves en attendant des temps meilleurs et surtout tablent sur des rendements 2013 difficiles qui pourraient être bonifiés par la suite.
Autre piste présentée par Optimlind Winter, la possibilité de coupler le produit épargne à des produits de dépendance, de prévoyance ou de santé. De l’assurance de personnes au sens large, et un vrai produit d’assurance, un thème de débat porté en 2012 par quelques uns dans le secteur.

Les résultats de l’enquête seront disponibles dès le 24 janvier au matin sur le site d’Optimind Winter.