Top 5 : l’assurance investie et investit

Changement de capital, nouveaux investissements, nominations ou encore recrutement 2.0, l’assurance investit dans notre top 5 de la semaine. Mais elle est aussi investie par d’autres acteurs.

Tout d’abord, c’est l’assurance, ou plutôt le courtier Siaci, qui se fait investir. Investir par un fonds d’investissement made in France, Ardian, dont les niveaux de croissance affichés ces dernières années feraient saliver de jalousie n’importe quelle entreprise. Un fonds d’investissement créé sous l’impulsion d’un certain Claude Bébéar par une de ses disciples, Dominique Senequier. La société s’appelait en effet auparavant, Axa Private Equity.

En deuxième place de notre classement, on change les rôles. Cette fois-ci, c’est l’assurance, en l’occurrence Aviva, qui sort le carnet de chèques, avec à la clé 10M d’euros. La somme est destinée à être investie dans l’économie sociale et solidaire. Une dose de philanthropie en vue de dégager une bonne dose de rendement, entre 5 et 6% en résumé. Les OAT, c’est bien, mais, en ce moment, en abuser, ça craint.

Pour clore ce podium, on jette un œil sur l’investissement en capital humain cher à Gary Becker. Ce dernier affirmait dans un livre, qui a tout juste 50 ans, qu’investir dans le capital humain pouvait être rentable pour une entreprise et pour les salariés qui gagnait en compétence, en poste et bien souvent en salaire. Jean-Denis Malpelet et François-Jérôme Prum en sont l’exemple puis qu’ils gagnent tous les deux des galons chez Allianz France. Le premier devient directeur marque et communication. Le second remplace le premier. On ne sait pas en revanche qui remplace le second et ainsi de suite…

S’il y a bien un secteur que l’assurance investit ou tente d’investir c’est celui des réseaux sociaux. Les questions du nombre de followers et du nombre de fans alimentent évidemment les conversations et les classements en tout genre et de toute nature… Ca c’est pour flatter l’égo. Mais les réseaux sociaux servent aussi à dénicher des offres d’emplois parfois difficiles à identifier parmi les plus de 10.000 appellations recensées sur le site national prévu à cet effet. Cela permet aussi de faire une recherche par entreprise impossible sur le site national prévu à cet effet. Le secteur de l’assurance fait ainsi partie des secteurs les plus pourvoyeurs en offres sur LinkedIn.

Terminons ce top 5 avec une dose d’innovation, le maître mot du Conservateur pour l’année à venir selon son directeur général, Gilles Ulrich. Bernard Spitz affirmait lors de la présentation des résultats 2014 de l’assurance que 70% du marché proposera un contrat eurocroissance d’ici à la fin de l’année. Un chiffre qui paraît ambitieux au regard du faible intérêt de certains acteurs et de la rentabilité des obligations d’Etat. Le Conservateur vient toutefois garnir les rangs de ceux qui ont choisi de se lancer.