Résultats T1 2014 : Allianz touché par les mauvaises performances de la gestion d’actifs

Allianz enregistre une baisse de 4% de son bénéfice net sur le début d’année 2014, malgré un gain de chiffre d’affaires et un ratio combiné amélioré. La gestion d’actifs est marquée par une baisse de 28% de son résultat net.

Le numéro un européen de l’assurance, l’allemand Allianz, a confirmé mercredi avoir essuyé une baisse de 4% de son bénéfice net au premier trimestre, en raison notamment d’une forte dégradation de ses activités de gestion d’actifs.

Sur les trois premiers mois de l’année, le groupe de Munich (sud) a dégagé un bénéfice net de 1,64Md d’euros et un chiffre d’affaires en progrès de 6%, à 34Mds d’euros, tandis que son bénéfice opérationnel a atteint 2,72Mds d’euros (-2,9% sur un an), ce qui est conforme à des chiffres préliminaires publiés la semaine passée.

Le ratio combiné, qui désigne le rapport entre le coût des sinistres et les primes encaissées par un assureur, est ressorti à 92,6% contre 94,3% un an plus tôt. Plus cet indicateur crucial est bas, plus la société est rentable.

Si d’un côté, le groupe a profité d’une baisse de ses charges liées au moins grand nombre de catastrophes et de dégâts, ainsi que d’une évolution positive concernant ses tarifs, il a en revanche souffert d’une baisse des performances de ses activités de gestion d’actifs.

Cette division, qui se partage entre ses filiales Allianz GI et Pimco, a vu son bénéfice opérationnel chuter de 28,2% sur un an entre janvier et mars, à 646M d’euros, et son bénéfice net de 28,5%, à 568M d’euros. C’est le résultat de revenus moindres, de pertes de changes et de l’absence d’effet exceptionnel comme lors du premier trimestre de 2013, a souligné Allianz dans son communiqué.

En outre, Allianz a transféré certaines entités figurant auparavant dans la gestion d’actifs dans d’autre divisions, a-t-il fait valoir. Mais l’évolution du californien Pimco, qui a perdu en janvier son patron emblématique Mohamed El-Erian, inquiète les actionnaires d’Allianz qui ont exprimé leurs critiques lors de l’assemblée générale la semaine dernière. Le patron du groupe munichois Michael Dickmann avait fait valoir que Pimco s’était révélé un excellent investissent depuis son acquisition en 1999.

Son directeur financier, Dieter Wemmer, s’est voulu rassurant mercredi, soulignant que “comme attendu, les résultats dans la gestion d’actifs se sont révélés plus faibles mais l’activité est conforme avec notre objectif annuel“, en particulier grâce aux bons chiffres dégagés dans la division assurance. Il a donc une nouvelle fois confirmé l’objectif annuel d’Allianz d’un résultat opérationnel compris dans une fourchette allant de 9,5 à 10,5Mds d’euros.

Thorsten Wenzel, analyste chez DZ Bank, constate que l’amélioration du résultat opérationnel est en partie due au moindre poids des catastrophes naturelles. “Toutefois, même ajusté de ces effets positifs le ratio combiné s’est amélioré de 0,5 point de pourcentage grâce à un ratio de dépense plus faible et une hausse des tarifs“, ajoute-t-il, soulignant que ces résultats sont de bon augure pour atteindre l’objectif annuel.

(Avec AFP)