Renouvellements : Scor freine sur le dommage

Denis Kessler, PDG de Scor
Denis Kessler, PDG de Scor jusqu'en 2021. Mais après ? (DR).

Le réassureur français Scor a fait état jeudi d’une baisse de ses primes de réassurance dommage à l’issue du traditionnel renouvellement des contrats en janvier, un choix délibéré pour s’adapter à la hausse des sinistres, notamment des catastrophes naturelles.

Scor Global P&C, l’entité dédiée aux activités de réassurance dommages, a enregistré un recul des primes de 4,7% à taux de change constants lors de cette période de renouvellement de contrats. Le montant des primes en janvier a ainsi atteint 3,1 milliards d’euros, a précisé le réassureur dans un communiqué.

Toutefois, environ deux tiers des primes de réassurances ont été renouvelées en janvier, précise le réassureur, qui annonce avoir enregistré 7,1 milliards d’euros de primes brutes émises, équivalentes au chiffre d’affaires, en réassurance dommages en 2019. A l’occasion des renouvellements de janvier, Scor dit avoir “volontairement” réduit la souscription de contrats de réassurance dommages en raison de “l’insuffisante prise en compte des tendances de sinistralité par les marchés de réassurance” et ainsi améliorer la rentabilité de son portefeuille.

En cause notamment, une hausse continue des catastrophes naturelles qui ont pesé lourd pour le secteur de la réassurance. Pour Scor, leur coût au quatrième trimestre 2019 a atteint 343 millions d’euros et 665 millions sur l’ensemble de l’exercice. Le réassureur évalue la facture du typhon japonais Hagibis, survenu en octobre, à 227 millions d’euros et table sur huit milliards de dollars de sinistres pour les assureurs dans la région.

Si “la demande de réassurance reste soutenue” en raison de “trois années consécutives” marquées par d’importantes catastrophes naturelles, le marché montre des vulnérabilités notamment en raison de “l’insuffisante prise en compte de risques émergents”, explique le quatrième réassureur mondial. Parmi ceux-ci, le changement climatique et l’“inflation sociale” en assurance responsabilité civile, soit l’augmentation des litiges autour de sinistres de la vie courante, aux Etats-Unis.

En janvier, la tendance a suivi celle observée en 2019 soit une accélération de l’augmentation des tarifs dans l’assurance commerciale de spécialités (soit des contrats de réassurance sur-mesure pour les entreprises, ndlr) et une hausse progressive des tarifs de réassurance, décrit Scor. Le groupe anticipe toutefois des conditions de marché plus favorables lors des prochains renouvellements du printemps et de l’été. Il entend renforcer sa rentabilité de son portefeuille japonais, “en s’appuyant sur ses relations clients de long terme”. Il estime également être “bien placé” pour les futurs renouvellements américains.

Que pensez-vous du sujet ?