Réassurance : Sompo envisagerait de céder sa participation dans Scor

0

La compagnie d’assurance nippone Sompo Japan Nipponkoa va renoncer à son projet d’acquérir 15% du réassureur français Scor pour cause de stratégies divergentes, affirment jeudi des médias japonais.

Sompo Japan avait annoncé en mars son intention d’acheter cette part en plusieurs étapes, pour un montant estimé par la presse à environ 110 milliards de yens (820 millions d’euros), dans une optique d’expansion à l’étranger. Cependant, “des différences de stratégie sont apparues au cours des négociations, compliquant la mise en place des synergies recherchées et incitant Sompo Japan à changer ses plans”, écrit Nikkei.

Un autre élément a joué dans cette décision, avancent le quotidien économique et l’agence Kyodo: la hausse du cours de l’action de Scor, qui s’est appréciée d’environ 20% depuis l’annonce de la transaction. Selon les mêmes sources, le groupe japonais a déjà investi quelque 70 milliards de yens (520 millions d’euros) dans Scor, devenant son premier actionnaire avec une part de 9%, des actions qu’il envisage désormais de céder.

Après avoir acquis cette première tranche (dont au moins 7,8% auprès de Patinex, société créée par le financier suisse Martin Ebner), Sompo Japan prévoyait de monter “à au moins 15%” et d’envoyer un représentant au conseil d’administration de Scor. Il espérait via cette participation accroître son bénéfice net annuel de l’ordre de 10 milliards de yens (75 millions d’euros), d’après des informations de presse.

“Nous agissons conformément à nos intentions clairement exprimées d’élargir notre présence à l’étranger en termes d’activités (assurances pour particuliers et entreprises) et de régions géographiques”, avait déclaré à l’époque Sompo Japan pour justifier son investissement dans Scor, saluant la “forte et régulière rentabilité” du groupe français.

Sompo Japan, qui fait partie des trois plus grandes compagnies d’assurances IARD (incendie, accident, risques divers) japonaises, ne renoncera pas pour autant à ses ambitions internationales alors que diminue la population dans l’archipel, et “continuera à examiner les possibilités d’acquisition à l’étranger”, précise le Nikkei.

De son côté, Scor avait dit en mars n’être pas partie à la transaction, ajoutant que celle-ci n’aurait pas d’impact sur sa stratégie actuelle ou sur sa gouvernance et sa gestion.