Pétition : Des chefs étoilés demandent la reconnaissance de l’état de catastrophe sanitaire

Un restaurant fermé

“Sauvons nos restaurants et producteurs!” clame une pétition signée par les chefs Eric Frechon, Hélène Darroze, Alain Ducasse ou Pierre Gagnaire, pour demander au gouvernement de prendre un décret de catastrophe naturelle sanitaire permettant d’indemniser les pertes d’exploitation des restaurateurs.

“Nous, petites, moyennes et grandes entreprises de France, sommes soumis à un état d’urgence sanitaire” du fait de l’épidémie de Covid-19 qui a causé 372 décès dans l’Hexagone, selon le bilan publié vendredi, et imposé la fermeture des restaurants, bars et commerces “non essentiels”.

“Conscients que l’Etat français ne pourra pas assumer seul les pertes abyssales que nous subissons jour après jour, et pour combien de temps encore? Nous vous lançons cet appel afin que les assurances participent elles aussi à l’effort de guerre”, affirme cette pétition lancée par le chef Stéphane Jego, mise en ligne sur Change.org. “Car, comme vous l’avez souligné, la France est en guerre”, poursuit-elle.

“Mais pour survivre, ce dont nous avons besoin, c’est d’un décret de catastrophe naturelle sanitaire ou d’un dispositif législatif (…) permettant l’indemnisation de nos pertes d’exploitation“. Cet état de catastrophe sanitaire permettrait de faire jouer auprès des assureurs une garantie de perte d’exploitation aujourd’hui prévue pour les catastrophes naturelles et “responsabiliserait les assurances”, estiment les signataires, qui sont près de 30.000 en trois jours.

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME), signataire de la pétition elle aussi, demande elle aussi à l’État de reconnaître cet état de catastrophe sanitaire. L’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie (Umih), premier syndicat patronal des cafés, hôtels, restaurants et établissements de nuit, lui a emboîté le pas.

Les députés examinent le projet de loi instaurant un “état d’urgence sanitaire” visant à soutenir les entreprises en danger, alors que le coronavirus aura un lourd impact sur l’économie française – chute de 1% du PIB en 2020 et déficit public de 3,9% du PIB selon les dernières projections du gouvernement.

Bannière contenus sur le coronavirus