Institution : Les assureurs veulent peser dans les réformes en 2011

Normes IFRS et régulation, stabilité financière et risques climatiques et démographiques, l’Association de Genève, qui regroupe les 80 principaux assureurs et réassureurs mondiaux, présente les enjeux de « son » année 2011.

En commentant une partie des travaux menés par l’association, Patrick M. Liedtke, secrétaire général et directeur éxécutif de l’Association de Genève dresse un tableau des travaux prévus pour l’année 2011 par les principaux assureurs et réassureurs mondiaux.

Premier sujet abordé dans ce communiqué, la régulation. « La régulation de l’assurance internationale va être essentielle pour l’industrie cette année » commence le secrétaire général. La norme IFRS, la poursuite de Solvabilité 2 ou les mesures prises par les régulateurs locaux seront « des données clés en 2011 ». L’Association de Genève n’hésite d’ailleurs pas à donner aux réformes une portée plus large. « Cette nouvelle vague de régulation et de règlement est d’une importance cruciale pas seulement pour l’industrie de l’assurance mais aussi pour la croissance économique et le développement ».

De Solvabilité 2 au risque systémique

Le mot d’ordre de la profession, et ce à travers le monde, aura été en 2009 et 2010 de vanter la résistance du modèle « assurance », solide dans la crise, malgré la chute médiatique et quasi définitive d’AIG, par rapport au secteur bancaire, renfloué et vacillant.

Logiquement, Patrick M. Liedtke commente les enjeux de « stabilité financière » dans cette note.
« Bien que les menaces systémiques ne proviennent pas des activités d’assurance, il y a un grand nombre de question qui restent mal comprises ou qui n’ont simplement pas été discutées mais sur lesquelles des décisions importantes vont être prises par les gouvernement ». Actif dans le lobbying auprès du G20, l’industrie de l’assurance n’a pourtant pas pu bénéficier de ce traitement différencié qu’elle réclamait par rapport à l’industrie bancaire.

L’Association de Genève et à travers elle les grands assureurs, tente de peser sur les décisions qui seront prises pour ou contre le secteur. L’Association est en effet partie prenante des discussions, tant sur les réformes comptables que sur le statut et la perception de l’assurance au niveau des gouvernements mondiaux. Cette piqure de rappel, au début d’une année 2011 riche en réformes et où pointent encore quelques incertitudes économiques, s’adresse donc plus aux décideurs qu’aux acteurs de l’assurance.