Institution : Jean-Philippe Thierry met un terme à son mandat de vice-président de l’ACPR

Le vice-président de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR) a annoncé sa démission de son poste, à l’âge de 65 ans, à un an du terme de son mandat.

Selon le communiqué officiel de l’ACP, M. Jean-Philippe Thierry a “souhaité mettre un terme à son mandat à l’âge de 65 ans“.
Arrivé au sein de l’ACP lors de sa création en mars 2010, Jean-Philippe Thierry, a été PDG d’AGF à partir de 2001 et a mené le rapprochement avec l’assureur allemand Allianz, dont il devient en 2006 membre du Directoire. Très présent à la FFSA, où il occupe le poste de président de la FFSAA (branche sociétés anonymes), il a également été nommé vice-président de la Fédération.
Président d’honneur d’Allainz France, il entre à l’ACP sur arrêté ministériel au poste de vice-président.

A l’époque, FFSA et mutualistes se livrent à un duel de candidat au sein de la nouvelle autorité de contrôle qui remplace l’Acam et qui mélange, pour la première fois, la banque et l’assurance. Candidat désigné de la FFSA, Jean-Philippe Thierry est donc nommé à ce poste sensé équilibrer les débats internes. Chose qu’il parviendra manifestement à faire, parvenant à entretenir de bonnes relations avec les différentes familles de l’assurance, et réussissant l’intégration du corps des contrôleurs et des commissaires contrôleurs.

Le processus de nomination d’un nouveau président vient d’être lancé annonce l’ACPR.
Selon les textes, la nomination se fera par arrêté ministériel après accord des ministres de l’Eonomie et des Finances et de la Santé. Toutefois, selon l’article 612.5, les commissions des Finances du Sénat et de l’Assemblée nationale ont la possibilité d’auditionner le candidat retenu et de donner un avis. Si elles ne se manifestent pas dans un délai de 30 jours, la décision est prise.

Enfin, quelques jours après l’annonce du départ de Cyril Roux pour l’autorité de régulation financière irlandaise, et alors que Danielle Nouy, secrétaire générale, de devrait prendre la tête d’ici quelques mois du conseil de supervision de la Banque centrale européenne, les nominations vont aller bon train dans les semaines à venir.