Courtage : April place la barre haut pour 2023

Le siege d'April

Pour atteindre les objectifs de son ambitieux plan stratégique, le groupe April annonce qu’il va céder Axeria Prévoyance et mise sur une croissance organique de 6% par an jusqu’en 2023. Le courtier veut également accélérer sur son activité directe on line et sur de la croissance externe à l’international.

Avec quelques mois de retard, crise du Covid oblige, Eric Maumy, directeur général d’April a présenté devant la presse le plan stratégique du groupe à horizon 2023. Ce plan prévoit d’abord la poursuite du recentrage du courtier sur ses activités cœurs (santé/ prévoyance du particulier et des pros/ TNS, assurance emprunteur, niches dommages et santé à l’international). Ces dernières semaines, April a ainsi cédé ses activités IARD et risques financiers d’April Entreprise ainsi qu’April Entreprise Est.

« Après Axeria IARD en 2019, nous poursuivons notre désengagement du portage de risques et nous allons initier en fin d’année un process de cession d’Axeria Prévoyance. Nous allons chercher un acquéreur qui puisse alors être un partenaire clé dans notre stratégie de développement en santé / prévoyance / emprunteur », déclare Eric Maumy. Fin 2019, les activités d’assurance représentaient la moitié des 1,017Md d’euros de chiffre d’affaires du groupe, les deux tiers étant réalisées via Axeria Prévoyance.

Le courtier annonce également qu’il souhaite d’ici 2021 réduire de moitié le nombre de porteurs de risques avec qui il travaille pour passer à « une cinquantaine de d’assureurs partenaires, toutes lignes de business confondues. Si vous pesez auprès d’un assureur avec un volume d’affaires important, vous comptez pour lui. Cela apporte de la fluidité dans les relations, notamment à travers les délégations », indique le DG d’April.

Quatre axes de développement

Baptisé « Spring », le plan stratégique du groupe s’appuie surtout sur quatre axes de développement.

D’abord, April veut investir sur l’amélioration de l’expérience client en s’inspirant des nouveaux standards digitaux. Pour ce faire, le courtier va investir 40M d’euros sur la durée du plan pour agiliser ses systèmes d’information et ses interfaces afin de pouvoir fluidifier ensuite ses parcours de souscription. « Notre objectif est de pouvoir atteindre les 30% de NPS (net promoter score) », lance le dirigeant.

Le second axe de développement concerne ensuite la croissance, organique. « Nous visons 30% de croissance organique en cumulé d’ici à 2023, soit 6% par an, le ralentissement de l’exercice 2020 compris », explique ensuite Eric Maumy. Impacté par la crise du coronavirus, le courtier constate depuis juin « une reprise tonitruante » de ses activités avec des taux de croissance supérieurs au marché. « Nous sommes dans le money time et pour soutenir ce développement nous avons doublé notre présence commerciale sur le terrain » , ajoute ce dernier.

Le grossiste, qui réalise 90% de son CA via ses 15.000 courtiers codés, veut également accélérer sur son activité directe « on line », avec l’objectif de passer de 5 à 15% de CA à la fin du plan. « Nous avons récemment lancé notre plateforme de souscription directe en assurance santé », poursuit le dirigeant qui veut également grossir en assurance emprunteur, notamment sur les particuliers.

Croissance externe et international

Concernant la croissance externe, April indique que des acquisitions structurantes sont à l’étude pour permettre d’accélérer la digitalisation de son activité. « Nous ciblons des entreprises de la tech pour faire d’April un leader digital dans un monde digital ».

Le courtier, qui a réduit la voilure à l’international ces derniers mois, passant de 40 à 22 pays, souhaite également faire des acquisitions pour élargir ses positions géographiques en santé (notamment pour les étudiants et expatriés) « essentiellement en Europe et en Asie. Nous avons des ambitions extrêmement fortes et nous avons la chance d’avoir à nos côté un fonds d’investissement qui n’hésitera pas à mettre 500M à 1Md d’euros sur la table pour des acquisitions structurantes », appuie Eric Maumy.

Le troisième axe de développement concerne cette fois la performance, April ayant pour objectif d’atteindre un gain de productivité de 30% à la fin du plan, notamment sur ses activités de gestion. Enfin, le quatrième axe concerne le recrutement de talents. « Nous voulons attirer des expertises que nous n’avons pas chez April et former nos collaborateurs », enchaîne le DG.

April poursuit donc sa mue depuis l’arrivée de CVC Capital Partners à son capital et Eric Maumy à sa tête. Le groupe, qui va réduire à un tiers les 180 entités juridiques existantes jusqu’alors s’est fixé in fine un cap ambitieux : dépasser d’ici 2023 les 500M d’euros de chiffre d’affaires courtage, auxquels il faut ajouter 30% d’activité organique, sans compter la croissance externe.

AÉSIO

AÉSIO mutuelle, deuxième acteur mutualiste de France spécialisé dans la protection de la personne, couvre les besoins en complémentaire santé de 2,7 millions d’adhérents sur l’ensemble du territoire. Fort de cet ancrage local, AÉSIO mutuelle agit au plus près des besoins de ses partenaires courtiers, à la performance des entreprises, au bien-être des salariés et des travailleurs non-salariés, en proposant des solutions et un accompagnement adaptés à tous les moments de vie (couverture santé, prévention santé globale, accès aux soins, prévoyance...) en résonance avec sa signature de marque :« Décidons ensemble de vivre mieux ».

En janvier 2021 est né de la co-construction avec la MACIF, d’une alliance mutualiste de protection : AÉMA groupe.

Contacter AÉSIO


Que pensez-vous du sujet ?