Coronavirus : Pas de baisse de salaires pour Aon France

Robert Leblanc Aon France
Robert Leblanc, le président du courtier Aon France

Alors qu’Aon prévoit de réduire le salaire de 70% de ses employés dans le monde, sa filiale tricolore participera à l’effort d’économie demandé par le groupe. Pour autant, Aon France ne prévoit pas de baisse de salaires.

En pleine crise du coronavirus, le groupe Aon vient d’annoncer qu’il allait temporairement baisser de 20% les salaires de près de 70% de ses employés dans le monde. « Dans cette période difficile, le groupe a pris des mesures de précaution qui doivent lui permettre de traverser sereinement cette crise. Au-delà de la réduction des charges, Aon a décidé de réduire temporairement la rémunération de ses employés sauf sur les bas salaires. Je rappelle que l’entreprise s’est engagée à ne faire aucun licenciement lié au coronavirus dans le monde », indique Robert Leblanc, président d’Aon France, sollicité par News Assurances Pro.

Intéressement et participation

Concernant la filiale tricolore du courtier, son dirigeant précise qu’il n’y aura pas de baisse de salaire dans l’Hexagone. « Pour participer à l’effort d’économie demandé par le groupe, nous avons décidé de repousser à la fin de l’année le versement de l’intéressement et de la participation, initialement prévu au printemps. Cette décision s’applique de manière uniforme à l’ensemble des 1.000 salariés d’Aon France et nous permettra de dégager un flux de trésorerie important », ajoute Robert Leblanc. « Cette décision est le fruit d’une démarche construite et réfléchie entre le groupe, l’ensemble de ses filiales et les partenaires sociaux. Si une telle mesure peut être prise de manière unilatérale aux États-Unis, elle se fait sur la base du volontariat en Europe, chacun ayant réfléchi à une solution adaptée pour participer à l’effort de guerre. Certains pays comme la Belgique ont par exemple décidé d’une baisse de salaire bien avant les annonces du groupe ».

Durant le confinement, le dirigeant précise qu’Aon France continue à gérer de manière rigoureuse sa trésorerie. « Nous veillons par exemple à ce que l’ensemble de nos partenaires honorent leurs paiements en temps et en heure. Même si nous restons prudents durant cette période de turbulences, nous poursuivons nos recrutements en attendant que la situation revienne à la normale. Enfin, nous avons mis en place les mesures de précautions nécessaires (gel hydroalcoolique, masques, désinfection des locaux, etc) pour un retour des salariés au bureau dans les meilleures conditions, même si ce virus ne nous fait pas peur », conclut Robert Leblanc.

En savoir plus sur Generali

Bannière contenus sur le coronavirus

Que pensez-vous du sujet ?