Club Marketing et Communication du 6 février 2018

0
resaux-sociaux

Un Français sur deux cherche l’inspiration sur les médias sociaux avant d’acheter, et quatre sur cinq déclarent suivre les conseils d’un ou plusieurs influenceurs « de confiance ». D’où bien évidemment pour les marques, un intérêt grandissant pour bénéficier de leur pouvoir de préconisation.

Mais il y a influenceurs et influenceurs !

Les « stars », ceux dont le nombre d’abonnés dépasse le million, sont très peu nombreux et ne déclenchent en fait que peu d’engagement : ils apparaissent certes incontournables, mais leur pouvoir de préconisation devient faible …et la confiance s’effrite vite.

Ceux qui viennent ensuite – à partir de 10 000 abonnés – se révèlent souvent à la fois plus accessibles et plus convaincants : ils constituent d’excellents relais pour les marques avec lesquelles ils collaborent.

Et puis il y a la longue traine, c’est-à-dire ceux dont l’implication va être beaucoup plus active pour la promotion des produits et services qu’ils aiment … à condition toutefois qu’ils y trouvent un réel intérêt, et pas seulement financier : car ils veulent avant tout ne pas décevoir leurs lecteurs.

Conclusion : mieux vaut donc ne pas se ruer sur les stars, et plutôt effectuer des deals avec des influenceurs moins connus, plus segmentés, mais qui joueront réellement le jeu … à condition que la marque ou le produit leur plaise !

La 1ère étape du processus consistera à identifier les influenceurs en « résonnance » avec la marque, ses produits et ses services.

Et la 1ère règle est donc d’éviter de proposer n’importe quoi à n’importe qui !

 

François LAURENT

ConsumerInsight

Directeur Associé CercleLAB

 

A lire également : markting-100-pages-ca-suffit