Assurance-vie : L’épargne solidaire poursuit son envol grâce à l’épargne salariale

L’épargne solidaire a le vent en poupe avec une progression de près de 33% de son encours en 2012, à 4,71Mds d’euros. Sophie des Mazery, directrice de Finansol, détaille pour News Assurances PRO les résultats du 11ème Baromètre Finansol qui viennent d’être publiés.

– Quels sont les éléments qui expliquent cette progression de l’épargne solidaire ?
Sophie des Mazery – Cette hausse provient essentiellement d’une augmentation significative de l’encours de l’épargne salariale solidaire qui a augmenté de 51% en 2012, atteignant 2,6Mds. Cela s’explique par la loi de modernisation de l’économie, entrée en vigueur au 1er janvier 2010. Cette loi oblige toutes les entreprises qui proposent de l’épargne salariale -10 millions de salariés sont concernés- à présenter au moins un fonds solidaire parmi les offres de placement. Sur les 900.000 épargnants solidaires, 700.000 sont des salariés.
L’épargne solidaire progresse également du fait de l’épargne bancaire dont l’encours est en hausse de 16%, à 1,72Md, grâce notamment aux OPCVM solidaires et aux livrets de partage qui ont bénéficié de taux porteurs. Le montant de dons réalisé via ces supports a atteint un niveau historique en 2012, supérieur à 7M d’euros. Autre facteur, l’actionnariat dans des entreprises solidaires qui a progressé de 13% en 2012, atteignant 400M d’euros.
Les crises financières amènent de plus en plus d’épargnants à se poser la question de l’utilisation de leur argent. L’épargnant veut désormais donner du sens à son épargne.

– Quelles sont les autres évolutions marquantes de ce baromètre ?
Un cap symbolique a été franchi. Ainsi, l’encours du financement solidaire, c’est-à-dire la part de l’épargne solidaire qui finance les entreprises solidaires, a dépassé le milliard d’euros. Finansol essaie de mesurer l’impact de ces investissements. En 2012, 12.000 entreprises ont été soutenues et 36.000 emplois ont été créés ou consolidés notamment pour des personnes éloignées du marché du travail. Parmi les autres réalisations, le relogement de 4.500 personnes.

– Quel est l’impact de l’assurance vie sur l’épargne solidaire ?
Il existe un seul contrat d’assurance vie de partage labellisé Finansol, Entraid’Epargne de la Carac. L’impact de l’assurance-vie sur la progression de l’encours est extrêmement limité. Il représente 2% de l’encours de l’épargne solidaire mais cela évolue. En 2012, le Comité du label chargé d’attribuer le label Finansol a modifié son règlement pour définir l’assurance vie solidaire, qui nécessite qu’au moins 5% des actifs gérés soient solidaires. Predica vient de lancer un tel contrat et d’autres bancassureurs étudient des projets de même nature.

– Quelles sont les perspectives de développement du secteur ?
Les acteurs de la finance solidaire ont l’ambition qu’à l’horizon d’une quinzaine d’années, 1% du patrimoine financier des Français –qui s’élève à 3.800Mds d’euros selon la Banque de France– soit investi en épargne solidaire. Une part qui atteint 0,12% actuellement. Pour cela, il est nécessaire que les différents produits solidaires continuent à se développer mais également que de nouveaux contrats d’épargne puissent avoir une déclinaison solidaire. Pourquoi ne pas développer un livret d’épargne défiscalisé solidaire ?

Crédit photo : David Artous / Finansol / degresfahrenheit.com