[Vidéos] Inspeer : Quand une start-up propose de l’assurance collaborative

Le site InsPeer est la première offre d’assurance collaborative disponible en France. Elle permet aux assurés de mutualiser le coût de la franchise en cas de sinistre.

Disponible depuis fin février 2015, la plateforme Inspeer propose aux internautes de mutualiser les franchises d’assurance dommages (auto, habitation, moto) avec une communauté de proches ou d’internautes. Inspeer propose une solution via la mutualisation du risque au travers d’une communauté solidaire en ligne.

Le projet est partie d’un voyage entre amis, un constat simple et un choix entre deux franchises.

Comment ça marche ?

Changer la façon de consommer de l’assurance

InsPeer permet donc d’alléger le coût de la franchise pour les particuliers. Ainsi la plateforme engendrerait plusieurs effets positifs. Le premier est que la communauté de « partenaires » est composée de proches de l’assuré. Ainsi pour éviter de faire payer ses proches, l’assuré prend plus de précautions et diminuera ainsi son risque de sinistralité.

Par ailleurs comme l’explique Emanuelle Mury, le fait de baisser la charge de la franchise sur le portefeuille des assurés permettrait aux assurés de changer de contrat, ainsi ils peuvent se permettre de choisir des contrats avec des cotisations plus faibles et des franchises plus élevées puisqu’ils sont aidés par leur « communauté. »

Calculer la sinistralité

Le site a mis au point un algorithme qui calcule le potentiel de sinistralité de chacun, le résultat est public afin de chacun puisse choisir ou non en toute connaissance de cause de devenir partenaire d’une personne X ou Y ou encore à hauteur de combien contribuer.

La collecte et la rémunération

En cas de sinistre l’assuré envoie à Inspeer le document fourni par l’assureur indiquant le montant de la franchise à la charge de l’assuré. La plateforme déclenche la collecte des fonds auprès des « partenaires ». « La collecte se fait au prorata« , indique Emmanuelle Mury, cofondatrice de la plateforme, « c’est-à-dire que seul le montant nécessaire est collecté auprès des « partenaires » ». C’est à ce moment-là que le site se rémunère en prenant une marge de 10 % sur les fonds collectés.

À terme des contrats d’assurance collaborative