UMIH : “Les assurances sont absentes du mouvement de solidarité”

Un bar fermé. L'UMIH dénonce l'attitude des assurances

L’Union des métiers et industries et de l’hôtellerie (UMIH) appelle les assureurs à se mobiliser dans cette période de crise liée au coronavirus.

« L’attitude des assurances dans cette crise nous interroge beaucoup. Où sont-elles ? Pas auprès de leurs assurés », lance Roland Héguy, président de l’UMIH. Dans un communiqué publié mercredi 18 mars, le syndicat des cafés, hôtels et restaurants n’y va pas avec le dos de la cuillère à l’endroit des assureurs. « En ce qui concerne les assurances, nous déplorons en effet qu’elles soient les grandes absentes du grand mouvement de solidarité qui se met en place partout pour les entreprises et les emplois menacés par l’ampleur des conséquences économiques de la crise sanitaire sans précédent que nous traversons », écrit Roland Héguy.

Depuis samedi 14 mars minuit, les restaurants, les bars, les établissements de nuit ont tous baissé leur rideau. Sur décision du gouvernement, ils ont été contraints de stopper leur activité. Beaucoup se sont interrogés sur les prises en charge prévues par leur contrat d’assurance. Pour autant, « Nous disposons de très nombreux témoignages de la part de nos professionnels qui nous disent que leurs demandes restent sans réponse de la part de leurs assureurs, ou qui leur manifestent assez peu d’attention depuis le début de la crise. Nous dénonçons cette attitude et nous la qualifions d’incompréhensible dans cette situation historique de crise, affirme le président de l’UMIH.

Et ce dernier de demander à l’exécutif de déclencher l’état de catastrophe sanitaire, « afin de pouvoir débloquer une indemnisation des compagnies d’assurance pour les effets non assurables comme le prévoit le code des assurances pour les catastrophes naturelles ». Une position qui rejoint celle de la CPME.