Tempête du Sud-Ouest : Pas de hausse de tarifs ni de rappel de cotisations pour la Maif

S’il est encore prématuré, 15 jours après la tempête Klaus, de chiffrer précisément le coût des dégâts, il est cependant certain qu’il représentera plusieurs dizaines de millions d’euros pour la Mutuelle. Afin de répondre aux interrogations sur une répercussion possible du coût de la tempête, la MAIF tient à informer ses sociétaires : il n’y aura aucune hausse de tarifs ni rappel de cotisation.

Par ailleurs, la MAIF a décidé de venir en aide aux sociétaires privés d’électricité. A ce titre, une participation forfaitaire, pour la location ou l’achat de groupes électrogènes leur sera accordée (200 € par semaine de coupure d’électricité).

Cette décision vient compléter les décisions prises par la mutuelle au lendemain de la tempête :
– pas d’application de franchises pour les contrats habitation et automobile des particuliers,
– allongement des délais pour les déclarations,
– absence d’expertise sur place pour les dommages inférieurs à 4 000 €.

Enfin, La MAIF tient également à rappeler que son contrat habitation couvre les dommages sur : les antennes, les paraboles, les panneaux solaires, les panneaux photovoltaïques, les vérandas, les clôtures, les portails, le contenu des congélateurs, les monuments funéraires…, et ce même sans tempête.

A ce jour, la Cellule de Crise Pégase reste toujours activée et le dispositif prévu initialement s’adaptera, au jour le jour, en fonction de l’évolution de la situation.

Pour rappel : le numéro unique pour contacter la Maif : 0811 00 19 20 (Numéro Azur, prix d’un appel local)

Bilan provisoire Maif au 9 Février 2009

Le groupe MAIF a enregistré, à ce jour, 46 000 dossiers sinistres (pour 250 000 sociétaires MAIF habitant la région touchée).

Une tendance se confirme au fil des déclarations : 91% des sinistres déclarés portent sur l’habitation, Il s’agit essentiellement de dégâts causés par de fortes rafales de vent (tuiles arrachées, toitures endommagées par un arbre, clôtures arrachées, portails faussés, déracinement d’un arbre…).

Parmi les départements frappés, la Gironde est le département le plus touché avec 11 550 sinistres (soit 25% des sinistres enregistrés), suivie de la Haute-garonne (6 618 sinistres déclarés), des Landes (6 155 sinistres déclarés), des Pyrénées Atlantique (3 506 sinistres déclarés) et de l’Aude (3 382 sinistres déclarés).