Techniques de vente : La résiliation à l’échéance pour vendre un nouveau contrat d’assurance

Dans un marché de l’assurance IARD aujourd’hui à maturité, commercialiser un nouveau contrat passe souvent par la résiliation du contrat concurrent.

Comment utiliser cette faculté et contrer l’action de ses propres concurrents ?

SOUSCRIVEZ SANS ATTENDRE

Demandez à votre futur client de présenter son dernier avis d’échéance et son contrat actuel, vous connaitrez ainsi sa date d’échéance principale. Après l’avoir convaincu des avantages de votre contrat, n’hésitez pas à procéder immédiatement à sa signature … avec une prise d’effet différée à la date d’échéance.

Prenez soin de bien noter cette date d’échéance et rappelez votre client au bon moment, pour qu’il respecte bien le préavis requis pour l’envoi de son courrier de résiliation.

PROFITEZ DE LA LOI CHATEL

Si votre client a reçu son avis d’échéance moins de 15 jours avant la fin de la « fenêtre de résiliation », il dispose de 20 jours pour mettre fin à son contrat à compter de la date d’envoi de cet avis.

Encore mieux, si aucun avis ne lui a été envoyé avant la date d’échéance principale, ou si la mention de la Loi Chatel n’est pas inscrite sur son avis d’échéance, il pourra mettre fin au contrat à tout moment.

DEFENSE DU PORTEFEUILLE

Une demande de résiliation doit systématiquement être suivie d’une prise de contact avec le client : sans contact, il est perdu.
Selon le motif (vente du bien, tarif, garanties trop faibles, …) vous pourrez faire une contre-proposition et sauvegarder votre relation … et votre portefeuille.

La résiliation du contrat doit se faire par lettre recommandée avec avis de réception. Le courrier doit être envoyé au moins 2 mois avant la date d’échéance du contrat (parfois 1 mois selon CG).

Avec Kaléa Formation