Social : Le Lloyd’s de Londres miné par le harcèlement, l’alcool et le stress

Siège de Lloyd's of London

Harcèlement, pression excessive et alcool: le marché de l’assurance Lloyd’s of London a dévoilé mardi les résultats d’une enquête sur les discriminations et le climat de travail au sein de sa place londonienne et annoncé des mesures pour y remédier.

L’enquête, lancée à la suite de révélations au printemps sur une culture machiste où les femmes étaient fréquemment maltraitées, dévoile que 8% des personnes sondées “ont été témoins de harcèlement sexuel sur les 12 derniers mois”. Plus de 6.000 personnes ayant été interrogées, 500 personnes ont donc assisté à du harcèlement sexuel dans l’enceinte du vénérable marché. Le directeur général John Neal s’est dit “horrifié” par ces chiffres, tout comme il s’était dit “très éprouvé” à la lecture des récits de femmes travaillant au Lloyd’s et ayant “fait l’expérience de mauvais traitements et harcèlement”.

Par ailleurs, une personne interrogée sur cinq seulement pense que les hommes et les femmes bénéficient des mêmes chances au travail. L’enquête interne décrit aussi un climat de travail toxique: 40% des personnes sondées se sentent trop sous pression et 24% ont observé des cas de consommation d’alcool excessive au travail – d’autant qu’un pub se trouvait dans l’enceinte même de ce marché dont les origines remontent à la fin du XVIIe siècle.

Lloyd’s avait interdit plus tôt cette année d’entrer sur le marché en état d’ébriété et la Bourse des métaux de Londres (LME) avait interdit à ses traders de boire de l’alcool en journée, tirant un trait sur une pratique en vigueur depuis l’époque victorienne. Enfin, seulement 41% des personnes sondées disent avoir peur de ne pas être écoutées ou prises au sérieux si elles devaient signaler un problème et plus d’une sur cinq dit avoir vu les dirigeants fermer les yeux sur les comportements problématiques.

Lloyd’s of London annonce en parallèle un plan pour l’égalité hommes-femmes, “avec des cibles claires et mesurables pour améliorer la représentation des femmes dans les instances dirigeantes”. Il instaure aussi un code de conduite pour s’assurer que chacun agisse avec “intégrité, respect et signale” les problèmes, ainsi qu’un “tableau de suivi de la culture interne” voué à mesurer les progrès sur des indicateurs clé comme l’égalité de salaires entre hommes et femmes.

L’écart des salaires est en effet particulièrement important et persistant dans les services financiers au Royaume-Uni (31%), dépassé seulement par les dirigeants de compagnies minières et énergétiques (49%), d’après le Bureau national des statistiques. M. Neal affirme dans une vidéo sur le site du marché qu’en cas de comportement répréhensible avéré, des sanctions seraient prises pouvant aller “jusqu’à l’interdiction” d’exercer au Lloyd’s.